Les grandes espérances

par

L’espoir de lendemains qui chantent

La vie de Pip n’est guère un fleuve d’abondance, loin s’en faut ! Cependant, la nature semble avoir tout prévu pour lui remonter le moral. C’est ainsi que l’on découvre dans l’ouvrage une part de fantastique. Charles DICKENS met donc en scène de bienveillantes divinités tutélaires qui veillent sur l’enfance de son héros. Abel Magwitch lui apporte aussi son aide en signe de gratitude, alors qu’à priori, rien ne l’aurait laissé présager à leur rencontre. En effet, ce dernier avait inspiré une folle terreur au jeune Pip : «Oh ! Monsieur, ne me coupez pas la gorge ! [...] m'écriai-je avec terreur. Je vous en prie, monsieur [...], ne me faites pas de mal ! ». Pourtant Abel lui apportera son aide plus tard. Une importante leçon peut-être tirée de cette situation : c’est qu’en dépit des préjugés et des apparences, il y a toujours motif à espérer malgré tout, et ceci, peu importe à quel point une situation présente peut paraitre difficile.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’espoir de lendemains qui chantent >

Dissertation à propos de Les grandes espérances