Les lettres portugaises

par

LETTRE III

La religieuse se demande à quoi va ressembler sa vie alors qu’elle affectionne un homme qui ne veut rien savoir d’elle. Elle est convaincue que cet homme l’a volontairement séduite sans pour autant l’aimer réellement. Il lui vient à l’idée de commettre un suicide pour faire souffrir le soldat, mais elle change d’avis ensuite, parce qu’elle ne pourrait jamais se pardonner d’être la cause des souffrances de celui qui est sa raison de vivre.  Elle le condamne pour les joies qu’il éprouve sans elle et s’en prétend jalouse. Ensuite, elle se reproche elle-même cette fois-ci de continuer à vivre et de vouloir survivre puisque vivre sans l’homme de sa vie est, selon elle, indigne de l’amour qu’elle nourrit à son égard et équivaut en quelque sorte à lui être infidèle. Elle implore alors l’homme de sa vie de lui pardonner, et dans le même temps, elle exige de sa part de ne jamais lui accorder ce pardon, car la faute selon elle, est trop grave. Elle conclut sa lettre en lui disant merci de l’avoir mise dans un tel dilemme.  

Inscrivez-vous pour continuer à lire LETTRE III >

Dissertation à propos de Les lettres portugaises