Les Thibault

par

La Mort du père

Sixièmetome de la saga familiale Les Thibault parl’écrivain français Roger Martin du Gard, LaMort du père a paru en 1929.

Ilcommence par l’annonce par Antoine Thibault de son départ pour un très courtséjour de vingt-quatre heures à Mademoiselle de Waize, celle qui fut comme uneseconde mère pour eux depuis la mort de la leur.

Plustard, Mademoiselle s’en va parler à sœur Céline comme le lui a demandé Antoine.En effet, l’état de monsieur Thibault nécessite un suivi régulier et il sembleêtre à la fin de sa vie.

Il estdans un de ces moments où certaines portions de son existence lui reviennentquand la voix de la religieuse le tire de ses pensées, le plaçant dans unesituation d’angoisse.

Faceà la situation, Mademoiselle n’en supporte pas davantage et décide de faireappel à l’abbé Vécard, devenu directeur des œuvres diocésaines, en y envoyantClotilde, une des bonnes.

Lereligieux arrive au moment où monsieur Thibault est en proie à une crise,vociférant des jurons et voulant voir Antoine alors qu’il reconnaît ce premier.Vécard commence à le bénir.

Parla suite, l’abbé fait appeler le docteur Thérivier tout en demandant à resterseul avec le patient pour lui conseiller de se tourner vers Dieu car Thibaultressent une peur grandissante de la mort.

Lemourant ne veut pourtant que son fils aîné tandis que l’abbé Vécard luiprésente l’avantage de sa situation, ayant encore l’occasion de se tourner versson Créateur. Pourtant, monsieur Thibault ne comprend pas les mots de l’abbé,allant jusqu’à proférer un blasphème à l’encontre de Dieu, ne voulant pasmourir.

Néanmoins,dans sa conversation avec l’abbé Vécard, monsieur Thibault s’avoue ses fautes,accordant qu’il n’a jamais été un bon chrétien et allant jusqu’à accuser l’abbéd’avoir fermé les yeux sur celles-ci.

L’abbéVécard lui montre quelle attitude adopter pour qu’il devienne un modèle par lasuite pour les autres, ce qui ne manque pas de réveiller son orgueil ; ilprie Dieu de « lui accorder la grâced’une mort édifiante ». Peu après, il est saisi d’un sentiment qui lepousse à se remettre à Dieu et sa peur de mourir le quitte tant il veut alorsrejoindre ce nouveau monde. L’abbé prie pour lui avant de recevoir les confessionsauxquelles monsieur Thibault se prête.

Parla suite, monsieur Thibault sent déjà son âme s’élever et alors que le médecin entreà son tour, il l’écoute calmement et se laisse faire paisiblement, ne croyantplus à ses explications.

Quantà Antoine, alors qu’il est dans un wagon avec Jacques pour retourner à Paris,il se sent pris de doutes à divers sujets comme le retour de son cadet ouencore l’annonce à faire à Gisèle. Mais à leur arrivée, ils sont confrontés àla nouvelle que leur père est très mal. Antoine en apprend plus sur l’étatde son père grâce au docteur Thérivier.

Plustard, alors qu’une autre crise survient, Jacques est le premier à accourirauprès de son père pour s’occuper de lui avant de sortir par la suite, submergépar les émotions, pour s’abriter dans la chambre de Gisèle où les souvenirs decelle-ci l’envahissent.

Ànouveau, Jacques veut repartir mais lors de son entretien avec Antoine, alorsqu’ils se mettent à déjeuner, il s’enquiert de l’état de son père auprès de sonfrère. Le déjeuner est interrompu par l’appel d’une femme de chambre : uneautre crise a lieu.

Lestours de garde sont organisés pour la soirée, la nuit et le matin suivant. Lescrises deviennent de plus en plus fréquentes et plus violentes, à un point tel queles locataires en sont troublés.

Fatiguéet plein de pitié pour son père, Jacques finit par demander à son frère detrouver une solution pour pouvoir soulager celui-ci de ses douleurs. Antoinedécide de faire donner un bain chaud à son père.

Quelquesphrases, des prières et même une chanson… Les enfants de monsieur Thibault doiventassister à ses souffrances et à ses délires. Le bain semble avoir arrêté lessouffrances mais celles-ci reprennent de plus belle plus tard : le pèreest en proie à des étouffements.

Jacquess’en va dans le cabinet de son père pour passer un coup de téléphone afin dedemander des ballons d’oxygène et c’est là qu’il voit Gisèle qui a été avertiepar Clotilde dont l’initiative a été approuvée par Mademoiselle.

Lesémotions envahissent les deux jeunes gens mais l’état de monsieur Thibault neleur permet pas de discuter. Ainsi, ils se retrouvent plus tard de chaque côtédu lit du malade pour les tractions de la langue, en attendant les ballonsd’oxygène.

Lescrises reprennent par la suite et Antoine ne peut cacher au docteur Thérivierses émotions. Selon lui, son père va bientôt mourir et il n’accepte pas l’aidede celui-ci pour les tours de garde.

Ettandis que les reins fonctionnent à nouveau, Jacques est pris d’un accès derage, il veut mettre fin aux souffrances de son père. Alors que minuit n’a pas encoresonné, une crise fulgurante fait suite à trois autres et Antoine est pris dumême sentiment que son frère, tout en éclatant en sanglots.

Ilsconviennent ensemble de mettre un terme aux douleurs de leur père sans aucuntémoin, Antoine n’étant pas dans le même état d’esprit qu’au moment où Héquetlui demanda de faire la même chose pour son enfant.

Chacunà sa manière, l’entourage est touché par la mort de monsieur Thibault. Ainsi, Antoine,persuadé d’avoir bien agi, veut s’enquérir de ses dernières volontés tandis quemonsieur Chasle et Mademoiselle désirent montrer leur loyauté. Et alorsqu’Antoine parcourt ce qu’il a trouvé dans les papiers de son père, découvrantpar la même occasion que Jacques ne figure pas dans son testament,  il est frappé par la nature de leursrelations.

Deplus, il ouvre les yeux sur les similitudes entre leur père et Jacques. Quant àce dernier, il est bouleversé par une lecture, celle de la lettre de Daniel quemonsieur Thibault reçut après que Jacques se fut rendu à Crouy.

Lafin du tome annonce déjà des bouleversements futurs dans la vie des deuxfrères.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La Mort du père >