Lucien Leuwen

par

Lucien Leuwen

Ce n’est qu’après de nombreux essais que l’auteurdécidera d’en faire un personnage éponyme ; il avait en effet d’abord envisagéd’intituler son roman Le Rouge et le Blanc,avant de choisir Lucien Leuwen.

Lucien est un jeune homme qui rêve de conquérir le monde,il a de l’ambition : au début il est vaniteux, mais le récit en fait unpersonnage attachant. L’auteur l’introduit ainsi à son lecteur : « Lelecteur bénévole est prié de considérer que notre héros est fort jeune, fortneuf et dénué de toute expérience ; tout cela ne nous empêche pas d’éprouver unsentiment en nous voyant forcé d’avouer qu’il avait encore la faiblesse des’indigner pour des choses politiques. C’était à cette époque une âme naïve ets’ignorant elle-même ; ce n’était pas du tout une forte tête, ou un hommed’esprit, se hâtant de tout juger d’une façon tranchante. Le salon de sa mère,où l’on se moquait de tout, lui avait appris à persiffler l’hypocrisie et à ladeviner assez bien ; mais, du reste, il ne savait pas ce qu’il serait unjour. »

Lucien n’est pas un anarchiste, loin de là, mais il nerespecte pas toujours les règles, alors qu’il est étudiant dans la prestigieuseÉcole Polytechnique à Paris. La phrase qui commence le roman situe directementle personnage comme brillant mais aussi comme étant quelque peu rebelle :« Lucien Leuwen avait été chassé de l’École polytechnique pour s’être allépromener mal à propos, un jour qu’il était consigné, ainsi que tous sescamarades : c’était à l’époque d’une des célèbres journées de juin, avrilou février 1832 ou 34 ».

Comme il est excellent cavalier, il rejoint ensuitel’armée à Nancy, où il s’ennuie terriblement. Sa vie retrouve des couleurslorsqu’un jour, passant sous les fenêtres d’une demeure dans le centre ville deNancy, il aperçoit Mme de Chasteller, jolie jeune femme aux cheveux blondcendré dont les fenêtres donnent sur la place principale de la ville.

Après l’armée, il vit à Paris, découvre le pouvoir chezle ministre de l’Intérieur ; son travail l’intéresse bien que lesopérations électorales ne le passionnent que moyennement.

Mais Lucien aime toujours Madame de Chasteller et pense àelle constamment, rêvant de la retrouver lors de ses missions en province.Lucien n’est pas pour autant un modèle de vertu, et rend visite, le soir, auxdemoiselles de l’Opéra, ce qui en fait un personnage quelque peu immoral etentraîné par les vices que rend possibles la capitale. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Lucien Leuwen >