Ondine

par

Acte II

Salle d'honneur du palais du roi ; sont présents le chambellan, le surintendant des théâtres, le montreur de phoques, le roi des ondins grimé en illusionniste et le poète. Ils préparent des festivités, sur ordre du roi, pour le retour du chevalier. Après trois mois de lune de miel, celui-ci va enfin présenter son épouse à la cour. Seul l'illusionniste propose des divertissements décents. On se met à parler de Bertha, car elle est la fille du roi, et elle sera de la fête.

            L'illusionniste produit une sorte de voyage dans le temps pour faire assister tout le monde aux retrouvailles du chevalier et de Bertha. Mais en fait, les personnages se croisent sans se voir. La troupe est déçue : « Une erreur de régie, comme vous dites, s'excuse l'illusionniste, je répare ». À nouveau, voyage dans le temps. Cette fois-ci, les deux personnages se voient. Bertha ne supporte pas de voir le chevalier heureux en amour, l'embrasse. Le chevalier n'est manifestement pas troublé. Dans l'étreinte, le bouvreuil que Bertha tenait dans sa main est écrasé et meurt. Bertha reconnaît qu'elle a tort d'agir ainsi, et les deux personnages se laissent, après un pardon, sincère, du chevalier. La petite troupe veut en voir plus. Nouveau voyage dans le temps, nouvelle scène entre le chevalier et Bertha. Le chevalier explique à Bertha que l'inculture absolue d'Ondine commence à être embarrassante pour la vie à la cour. Bertha accepte de devenir sa préceptrice, le chevalier ne faisant confiance à personne d'autre.

            Le chambellan essaie d'inculquer la bienséance à Ondine, laquelle s'en moque, se focalise sur le poète, badine avec un certain Bertram. Il...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Acte II >

Dissertation à propos de Ondine