Ondine

par

Les éléments appartenant au merveilleux

Les éléments ayant attrait au merveilleux – que l’on retrouve souvent dans les contes –  se retrouvent en premier lieu à travers le peuple du lac. Ondine, fille du lac, possède de nombreux pouvoirs magiques, comme c’est le cas de toute la communauté des ondins. Pourtant, ici, la cohabitation du naturel et du surnaturel n'a rien de choquant, les parents adoptifs d’Ondine ont parfaitement intégré celle-ci à leur mode de vie. En effet, quand bien même cet univers semble loin de leurs connaissances ou de leur manière de vivre, tout cela semble être « normal » pour eux.

Lorsqu’à la cour, Yseult demande l'âge d’Ondine, cette dernière lui répond : « Quinze ans dans un mois. Et je suis née depuis des siècles et je ne mourrai jamais. ». Cette réponse peut paraître surprenante, Yseult, ne connaissant pas la véritable nature d’Ondine, a dû prendre cette réponse pour de la coquetterie.

 

L'histoire d'amour impossible peut représenter un élément de merveilleux lorsque, malgré les oppositions familiales, les deux amants restent amoureux et se marient. Or, ce n'est pas le cas ici. Cependant, le merveilleux peut se retrouver dans le destin qui lie les deux amoureux : Hans se retrouve, par hasard, inviter à manger chez les parents adoptifs d’Ondine, on peut alors se demander si c’est réellement le hasard. Par ailleurs, la façon qu’a Hans de tomber amoureux d’Ondine soudainement, oubliant sa promise peut paraître surprenante. Ce sentiment soudain semble, en réalité, faire partie de la maîtrise des choses que possède Ondine. Elle touche simplement Hans de la main et celui se trouve ensorcelé. C'est là qu'il avoue que, subitement, « tout a changé ».

 

La présence du roi des Ondins dans de nombreux événements peut aussi représenter le merveilleux, car sans avoir d'identité particulière, il parvient à entrer à la Cour du roi en tant qu'illusionniste pour la présentation d’Ondine. Il semble pouvoir se fondre dans la masse et prendre différentes apparences. Il se fait notamment passer pour un homme du peuple lors du jugement de cette dernière, comme s'il planait sur sa vie post-mariage tel un fantôme.

 

D’un point de vue stylistique, il est intéressant de noter le changement présent au château : en effet, lorsqu’un malheur est en passe de s’abattre sur la famille du chevalier, les serviteurs se mettent tous à parler en alexandrins. Ce point peut paraître surprenant, cependant, cela permet à l’auteur de lier quelque peu l’écriture classique de la tragédie – qui se fait en vers – à sa pièce de théâtre. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les éléments appartenant au merveilleux >