Ondine

par

La tragédie : une histoire d'amour impossible.

Différents points peuvent attirer l’attention du lecteur sur le fait que la relation entre Hans et Ondine soit difficile, voire impossible. Le début de la pièce s’amorce sur la rencontre entre la famille adoptive d’Ondine – des pêcheurs de modeste condition – et le chevalier errant Hans von Wittenstein zu Wittenstein qui leur parle de son mariage projeté avec une jeune femme nommé Bertha. Ondine, jeune femme aux pouvoirs surnaturels et belle comme une déesse arrive comme une furie dans la pièce où ils se trouvent, jette le repas du chevalier – un poisson –  par la fenêtre avant de quitter la scène. À son retour, elle déclare sa flamme au chevalier, et vainc sans mal sa résistance, il oublie en un instant ses projets avec Bertha. À l'évocation de Bertha par ses parents, Ondine quitte la scène à nouveau.

 

Les deux amants ne sont pas de la même espèce : une fois la vraie nature d’Ondine présentée à Hans, ce dernier décide malgré tout de se marier avec elle, et tous les deux se promettent amour. Suite à leur mariage, ils partent pour « trois mois de lune de miel ». Hans représente le côté prosaïque des personnages, il est simple, aime la bonne cuisine : « Tiens, il sort de son jambon, celui-là! » disait Ondine de lui, tandis qu'elle est éloignée de ces problèmes terre à terre, elle représente la toute-puissance, la souveraineté et la beauté. Elle reproche aussi aux hommes leur lâcheté, loin de son côté entier : « les bras des hommes leur servent surtout à se dégager ».  Malgré leurs différences – ils ne viennent pas du même monde et ont donc des habitudes très distinctes – ils veulent vivre leur histoire d’amour. Cependant, dès le début, le roi des Ondins et des eaux du lac prévient Ondine du caractère impossible de leur histoire. Elle n’en a cure, le roi lui rappelle pourtant : « Tu acceptes le pacte s'il te trompe, tu seras la honte du lac ! », il lui explique les conséquences, la mort pour Hans, et le fait qu'elle oubliera toute cette histoire si il devait la tromper. Ondine en parlera avec Hans : « Oui. J'ai peur que vous ne m'abandonniez… Il m'a dit que vous m'abandonneriez. Mais il m'a aussi dit que vous n'êtes pas beau… Puisqu'il s'est trompé pour ceci, il peut se tromper pour cela. » Ainsi, dès le début de leur histoire, celle-ci semble être vouée à l’échec.

 

Par ailleurs, ils ne sont pas de la même classe sociale : lors de sa présentation à la cour, Ondine ne maitrise pas le langage de la noblesse dont fait partie son époux. Elle tente de faire bonne figure, elle qui vient d'une famille de pêcheurs mais n’y parvient pas réellement. Cela agace Hans, et Ondine le sait. Il commence à ne plus l'aimer, car elle n'obtient que la sympathie du poète Bertram et n'est pas acceptée par sa caste. Etant attentive à ce qui l’entoure, Ondine reconnaît son roi en l'illusionniste présent ce jour-là et sait qu'elle est épiée par les siens. Aussi va-t-elle tenter un plan afin de savoir si Hans l'aime ou non, plan qu'elle expose à Yseult, la reine. Celui-ci échoue. Elle accepte de voir Bertha s'installer dans leur château tandis qu'elle en disparaît. Bertha et Hans finissent par organiser leur mariage. La fin du roman amène une révélation : Ondine aime toujours Hans, même si leur histoire d’amour n’est que du passé et qu’ils n’ont pas réussi à se comprendre.

Le chevalier est ainsi condamné à mort, comme l’avait annoncé le roi des Ondins. Malgré toutes les implorations d’Ondine, Hans est destiné à mourir, ce qui renforce le tragique de la situation. Il se rend compte trop tard de l'amour d’Ondine, qui lui raconte alors tout ce qu’elle a fait pour lui. Cette dernière, conformément à la tradition du peuple du lac, verra sa mémoire effacée et ne se souviendra pas de son bel amour. La tristesse de la situation est renforcée par un final où tout semble s’accélérer : la scène des adieux, la mort du chevalier puis le retour d’une Ondine – sans souvenirs – dans son royaume, tout cela donne au conte un aspect tragique. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La tragédie : une histoire d'amour impossible. >