Pantagruel

par

Pantagruel

C'est le héros du récit. De son apparence physique, on ne peut retenir que sa taille gigantesque et sa force phénoménale. Il fait preuve d'une telle voracité dans son enfance qu'on l'attache à son berceau de peur qu'il ne dévore le troupeau de vaches. Mais il faut signaler que l'auteur joue avec les proportions de son personnage en le rendant tantôt plus grand ou plus petit au gré de l'histoire et du message qu'il cherche à faire passer.

« Ung certain iour vers le matin qu’on le vouloit faire tetter une de ses vaches (car de nourrisses il n’en eut iamais aultrement comme dit l’histoire) Il se deffit des liens qui le tenoient au berceau ung des bras & vous prent ladicte vache par dessoubs le iarret, & luy mangea les deux tetins & la moitié du ventre avecques le foye & les roignons, & l’eust toute devorée, n’eust esté qu’elle cryoit horriblement comme si les loups la tenoient aux iambes, auquel cry le monde arriva & osterent ladicte vache des mains dudict Pantagruel : mais ils ne sceurent si bien faire que le iarret ne luy en demourast comme il le tenoit, & le mangeoit tresbien comme vous feriez d’une saulcisse »

Cela dit, le personnage de Pantagruel est plus remarquable par ses propriétés morales et intellectuelles. Il a joui d'une bonne éducation et a pris le soin de satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance en s'instruisant dans les meilleures universités du pays. Moralement il est juste et foncièrement bienveillant, autant qu'il est courageux et brave.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Pantagruel >