Pantagruel

par

Un héros pas comme les autres

Pour un roman traitant de l’époque médiévale, le héros Pantagruel est bien différent du moule duquel bon nombre de héros épiques sont sortis. Pantagruel se distingue avant toute chose par sa taille phénoménale. En effet, le géant inspire la peur et l’effroi chez le commun des mortels, alors que les héros communs ont tendance à être des personnages qui inspirent le respect et la confiance à leurs semblables, et dont la force est aussi grande que le sens moral. Mais le géant n’inspire que la peur et il n’est point considéré dans l’ouvrage comme étant humain. Il sera même pris pour un monstre lorsqu’il arrive à Paris.

« Ce faict vint à Paris avecques ses gens. Et à son entrée tout le monde sortit hors pour le veoir, comme vous sçavez bien que le peuple de Paris est sot par nature : et le regardoient en grand esbahyssement, et non sans grande peur qu’il n’emportast le Palais ailleurs en quelque pays a remotis »

De plus, les différences s’étendent ailleurs que sur le plan physique. L’exode formateur des héros traditionnel est fait de tournois, de batailles et d’aventures dans lesquelles ils se forgent un courage à toute épreuve. Et ils vouent leur existence à des quêtes de vengeance ou s’évertuent à réaliser leurs ambitions et leurs projets amoureux. Tandis que la quête de Pantagruel est motivée par la recherche de la connaissance. C’est son appétit de savoir qui fait du géant un nomade.

Il a déjà une force considérable et on ne saurait donner forme dans les esprits à une créature qui lui inspirerait l’effroi. Pantagruel, qui aurait pu se contenter de jouir d’une existence glorieuse et satisfaisante à bien des égards en se contentant de profiter de sa situation, apparaît donc comme un personnage noble qui cherche à attacher une sagesse et une connaissance profonde à la force dont il bénéficie. À partir de ce moment, le héros n’est pas simplement puissant : il devient sage.

« Ainsi s’en retourna non pas à Poictiers, mais il voulut visiter les aultres universitez de France, dont passant à la Rochelle se mist sur mer & s’en vint à Bourdeaulx, mais il n’y trouva pas grant exercice, sinon des gaubarriers à iouer aux luettes sur la grave, de là s’en vint à Thoulouse, où il aprint fort bien à dancer et à iouer de l’espée à deux mains comme est l’usance de escoliers de ladicte université »

Rabelais se sert du parcours de Pantagruel pour faire passer un message. Il exhorte le lecteur à prendre en considération un personnage d’aspect effrayant mais dont la sagesse est grande et la justice sûre – un personnage qui ne laisse pas sa force phénoménale être son seul atout.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un héros pas comme les autres >