Péplum

par

Celsius

C’est le ravisseur de la narratrice. Il a réussi à la faire se transporter à son époque, six siècles plus tard, grâce au principe de « quandoquité » découvert par un savant de son époque qui se nomme Marnix. Celsius est un scientifique du Ponant (par opposition au Levant, les deux « pays » existant à son époque) vivant dans une basilique. Il est vêtu d’un hologramme, la nouvelle façon dont les gens s’habillent à son époque – le monde est en effet entièrement orienté autour de l’énergie comme il l’explique.

D’apparence, il est vantard et pédant. Il est très fier d’avoir le QI le plus élevé du Ponant. Cela lui permet en effet de faire partie des quatre oligarques qui dirigent le pays, et en tant que membre de la classe supérieure, d’avoir accès à l’énergie. Il semble n’avoir aucun sentiment ni sens moral et être seulement intéressé par le pouvoir, souhaitant prendre la place du Tyran (le dirigeant du pays). Cependant, lorsque la narratrice le pousse à bout, il montre quelques sentiments. Il se met d’abord en colère, exaspéré par ce qu’elle lui dit quand elle feint de raconter l’histoire de 1990 à 2580 comme elle l’imagine et en en exagérant les aspects négatifs. Puis, il se met à raconter sa propre histoire et le lecteur s’aperçoit alors qu’il ressent aussi des choses positives. En réalité, c’est bel et bien un homme, tombé amoureux d’une ville qu’il a seulement connue par des écrits, et qui cherche à conserver sa beauté...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Celsius >

Dissertation à propos de Péplum