Réflexions sur l'éducation

par

Le rôle de la socialisation : l’éducation négative

Dans un premier temps, l’auteur préconise de considérer les aptitudes naturelles de l’enfant, les soins de base, la santé du corps, et les capacités motrices et intellectuelles simples, de le dépouiller de son côté basique, animal, pour ensuite pouvoir les développer dans une mesure plus complexe : « d’une manière générale on doit observer que la première éducation doit être seulement négative, c’est-à-dire qu’on ne doit rien ajouter aux précautions prises par la nature et qu’il faut seulement ne pas troubler la nature ». Il faut donc ne pas troubler la bonne nature, laisser des marges à l’enfant, et lui permettre de se lancer dans le monde, par la socialisation et la prise en compte de sa personne.

Kant voit dans la socialisation le point de départ de la transmission des connaissances ; en effet, c’est à la fois un point de départ, mais surtout un passage obligé. Cela se fait par la vie en société, et pour les enfants, cela s’entend surtout par l’école. En effet, il ne peut y avoir de culture, de réel savoir sans la formation préalable qui consiste dans la méthode de l’acquisition de ces connaissances. C’est là le rôle de l’école : former les enfants à recevoir l’instruction ; au-delà de l’apprentissage des notions utiles à la vie, à la culture, à la formation pour un travail, Kant voit dans l’institution scolaire un lieu de socialisation primaire, ce que l’on retrouvera dans les travaux de nombreux sociologues bien plus tard. En effet, l’être humain se forme en confrontation avec les autres, au contact de ses semblables, dans des communautés, des groupes divers, des associations, etc. et l’école fait partie de ces cercles de vie en communauté. C’est un...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le rôle de la socialisation : l’éducation négative >

Dissertation à propos de Réflexions sur l'éducation