Réflexions sur l'éducation

par

L’être humain doit compenser par l’intelligence, et remplir ses devoirs.

Si l’être humain est inachevé à la naissance, il n’en reste pas moins que c’est la créature la plus intelligente de tout le vivant. Et il faut bien cela, à l’homme, car il doit compenser de nombreux désavantages par rapport aux autres êtres vivants : il ne vit pas aussi longtemps que les végétaux, il est moins agile, rapide, fort que bon nombre d’animaux ; il lui faut donc passer outre ces faiblesses. L’homme compense ainsi par l’intelligence, l’esprit et la conscience, quand les animaux n’ont que l’instinct de survie.

Cette intelligence a de bons et de mauvais côtés, au sens où l’être humain est capable de bien plus de choses que les animaux, en positif ou en négatif : l’Homme n’agit pas pour sauvegarder son espèce ; en effet, il est capable de tuer, au-delà des nécessités de sa propre survie, car il est également mené par ses désirs. Kant souligne leur importance, et le fait que leur maîtrise est primordiale. C’est aussi cela que l’homme doit atteindre par l’éducation et l’instruction, afin d’apprendre à se contrôler et à ne conserver que le bien de sa nature : « celui qui n’est pas cultivé est brut, celui qui n’est pas discipliné est sauvage » ; ceci annonce en quelque sorte les deux points importants de sa réflexion, qui sont la discipline et la culture : le sauvage ne peut pas se mettre dans les dispositions d’apprendre, il doit les acquérir, parvenir à les exploiter, pour ensuite pouvoir apprendre, se cultiver, et donc devenir instruit, façonné par l’éducation.

Kant indique que l’homme a des devoirs, ce qui le différencie de l’animal : l’homme doit toujours veiller à rester digne, à se comporter comme il se doit. C’est un devoir...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’être humain doit compenser par l’intelligence, et remplir ses devoirs. >

Dissertation à propos de Réflexions sur l'éducation