Robur le conquérant

par

Conclusion

Robur le Conquérant pose la question de l’évolution des sciences et des techniques. Le roman montre que l’assimilation de préceptes et savoirs nouveaux ne peut pas se faire par la force. On ne peut espérer obliger à admettre le mérite d’une idée nouvelle, surtout quand elle va à l’encontre de celles communément admises, qui semblent inamovibles ; un effort de pédagogie, des paliers dans l’accès à une nouvelle connaissance sont nécessaires.

         La conclusion tirée dans les dernières pages du roman le montre clairement : « La science ne doit pas devancer les mœurs. Ce sont des évolutions, non des révolutions qu’il convient de faire ».Ainsi, la plus noble des idées ne saurait être accueillie si elle arrive prématurément dans un monde qui n’est pas prêt à reconnaître son importance. C’est donc aussi la question du génie qui est abordée.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >