Sacrées Sorcières

par

Le fantastique

Le monde de Roald Dahl est plutôt réaliste, ilfait penser au nôtre, mais certains éléments l’inclinent vers le merveilleux,d’où le registre fantastique. L’annonce par la grand-mère de l’existence dessorcières vient faire plonger le récit dans le fantastique. La description qu’elleen livre fait penser aux contes, la couleur de leurs yeux par exemple rappelleles éléments naturels et avec eux le folklore des mythes : « – Lesyeux, dit Grand-mère. Observe bien les yeux. Les yeux d’une sorcière sontdifférents des tiens et des miens. Regarde bien la pupille toujours noire chezles gens. La pupille d’une sorcière sera colorée et tu y verras danser desflammes et des glaçons ! De quoi te donner des frissons ! ».

L’auteur joue avecce registre fantastique et le doute qu’il implique. L’effet recherché chez lelecteur est une oscillation entre son adhésion et une possibilité de prendre durecul sur ce qui est raconté, entre la réalité et la plongée dans lemerveilleux. Ici il y a douteconcernant les sorcières car elles ressemblent à toutes les femmes que l’oncôtoie. Ainsi, le jeune lecteur peut tout de même « rester dans sonmonde » en conservant le doute du récit dans sa vie : les gens qu’ilcroise peuvent en effet se révéler différents de leurs apparences.

L’auteur aborde également, dans son œuvre,tout un folklore très commun : les loups-garous, les vampires, les diableset autres créatures imaginaires. Les créatures fabuleuses sollicitées par RoaldDahl restent tout de même des créatures qui effraient, d’où la présencenécessaire de l’humour pour dédramatiser et permettre à l’enfant qui lit cettehistoire de prendre du recul sur ses peurs.

La magie tient également une grande place dansl’histoire. Les sorcières ont des pouvoirs qui leur permettent de capturer lespetits enfants et de les transformer. La Grandissime Sorcière peut même tuerune de ses semblables d’un simple regard. Par ailleurs, la présence de motsinventés et de personnages aussi étranges que la grand-mère, qui est unechasseuse de sorcières et une amoureuse des cigares, donne une dimensionsupplémentaire à l’univers fantastique de Roald Dahl, qui relève d’une réalitéaugmentée, surréelle.

Le lecteur se retrouve face à un univers coloré,empli de choses curieuses, plus invraisemblables les unes que les autres,permettant un fourmillement d’images et amenant à des rebondissements imprévuset incroyables qui plongent le lecteur dans l’inconnu. Les mondes de Roald Dahlsont donc des moments d’évasion littéraire et de détente pour le lecteur. Ilsfont partie de ces livres qui se lisent toujours avec plaisir à l’âge adulte,de par leur originalité, leurs idées frappantes et leurs personnages démesurés.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le fantastique >