Sacrées Sorcières

par

Les sorcières

Dans son récit, Roald Dahl nous fait une description très précise de ce que sont les sorcières. Déjà, ce sont toujours des femmes ; il n'existe pas de sorciers. Il faut se méfier des sorcières car elles ressemblent à n'importe quelle femme que l'on pourrait croiser dans la rue. Leur métier, leur maison, leur vie sont en tout point identiques aux nôtres. Cependant, il existe des signes qui peuvent nous permettre de les démasquer, même si la méthode n’est pas infaillible. D’une part, les sorcières n'ont pas de cheveux et portent des gants : « D’abord, dit-elle, une sorcière porte des gants. [...] Veux-tu savoir pourquoi ? – Bien sûr, répondis-je. – Parce qu’une sorcière n’a pas d’ongles. Elle a des griffes, comme un chat, et elle porte des gants pour les cacher. Ensuite, une sorcière est toujours chauve. – Chauve ! m’exclamai-je. – Chauve comme un œuf, poursuivit Grand-mère. Aucun cheveu ne pousse sur la tête d’une sorcière. » Elles portent simplement des perruques, qui les grattent affreusement. Les sorcières étant tout de même coquettes, elles s'obligent à porter des chaussures à bout pointu, alors que leurs pieds ont une forme carrée et ne possèdent aucun orteil, ce qui les fait boiter. Il existe encore bien d'autres moyens de les repérer, mais cela reste toujours délicat d'être certain que la jolie femme en face de nous en est bien une.

Les sorcières détestent les enfants. Elles voudraient qu'il n'en existe plus. C'est ainsi qu'elles les font progressivement disparaître, grâce à leur magie. Les enfants sont alors tantôt transformés en poule, tantôt en marsouin, et parfois même, elles les enferment dans des tableaux. Leur quota est...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les sorcières >

Dissertation à propos de Sacrées Sorcières