Turcaret

par

La relation maître-valet

Un autre thème important mis en évidence dans la pièce « Turcaret », c’est la relation maître-valet. Le laquais dans Turcaret joue plusieurs rôles : il n’est pas seulement servant, mais aussi le confident et le conseiller de son maître.

Ceci est démontré plus clairement par la relation entre Marine et la Baronne. Cette dernière se tourne vers sa servante pour demander conseil, et Marine lui recommande d’abandonner le Chevalier. Après avoir écouté l’argument de sa servante, la Baronne s’exécute : « Ma résolution est prise ; je veux bannir de mon cœur le Chevalier… » On remarque donc que Marine a une très forte influence sur la Baronne, et on assiste à un inversement de rôles où le maître obéit au servant. De plus, dans la scène qui ouvre la pièce (Scène 1 de l’Acte I), les répliques de Marine sont beaucoup plus longues que celles de la Baronne, comme si c’est elle qui donne les instructions et la Baronne obéit. De plus, elle l’interrompt constamment en lui coupant la parole, la confronte même ouvertement : « Cela n'est-il pas vrai, madame ? » et lui tient tête : « Non, madame, je ne puis me taire ; votre conduite est insupportable ». La Baronne aussi, facilite les choses en démontrant un certain degré de soumission envers sa servante : «je cède à tes raisons ». Cette domination verbale de Marine sur la Baronne renfonce donc l’influence de la première sur la seconde.

Nous pouvons justement assumer que l’une des raisons qui conduisent à ce phénomène est la familiarité...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La relation maître-valet >

Dissertation à propos de Turcaret