Turcaret

par

La relation maître-valet

Un autre thème important mis en évidence dans la pièce « Turcaret », c’est la relation maître-valet. Le laquais dans Turcaret joue plusieurs rôles : il n’est pas seulement servant, mais aussi le confident et le conseiller de son maître.

Ceci est démontré plus clairement par la relation entre Marine et laBaronne. Cette dernière se tourne vers sa servante pour demander conseil, et Marine lui recommande d’abandonner leChevalier. Après avoir écouté l’argument de sa servante, la Baronne s’exécute : « Ma résolution est prise ; je veux bannir de mon cœur le Chevalier… » On remarque donc que Marine a une très forte influence sur laBaronne, et on assiste à un inversement de rôles où le maître obéit au servant. De plus, dans la scène qui ouvre la pièce (Scène 1 de l’Acte I), les répliques de Marine sont beaucoup plus longues que celles de laBaronne, comme si c’est elle qui donne les instructions et la Baronne obéit. De plus, elle l’interrompt constamment en lui coupant la parole, la confronte même ouvertement : « Cela n'est-il pas vrai, madame ? » et lui tient tête : « Non, madame, je ne puis me taire ; votre conduite est insupportable ».La Baronne aussi, facilite les choses en démontrant un certain degré de soumission envers sa servante : «je cède à tes raisons ». Cette domination verbale de Marine sur laBaronne renfonce donc l’influence de la première sur la seconde.

Nous pouvons justement assumer que l’une des raisons qui conduisent à ce phénomène est la familiarité qui existe entre ces deux femmes. En effet, Marine a longtemps été au service de laBaronne (au moins une année entière, puisqu’elle travaillait déjà pour elle à la mort du mari de laBaronne). Ainsi, laBaronne l’a prise pour amie et pour confidente. Et l’établissement de cette relation était encore plus facile car Marine était la seule personne que la Baronne voyait tous les jours, comme elle déclare elle-même : «…je suis femme d'habitude, et je n'aime point les nouveaux visages ». Ceci dit, la Baronne a pris l’habitude de tout confier à Marine, ses problèmes de cœur, son amour pour le Chevalier et son comportement envers Mr. Turcaret. Et cette confiance en Marine permit à la servante de se croire du même rang que sa patronne, raison pour laquelle elle l’adresse aussi familièrement.

« Turcaret » est une comédie satirique de Lesage écrite en cinq actes et en prose. Dans cette pièce, Lesage accuse la malhonnêteté des hommes d’affaires, et se moque du fait qu’eux-mêmes se fassent extorquer par leur entourage. Il profite également du cadre de cette pièce pour mettre en évidence une relation maître – valet inversée, où c’est le maître qui obéit au valet. Malgré les oppositions multiples, « Turcaret » fut représentée au théâtre (Comédie-Française) pour la première fois le 14 Février 1709.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La relation maître-valet >