Un barrage contre le Pacifique

par

Résumé

Le récit se déroule dans une concession au bord du Pacifique, située dans le Sud de l’Indochine française, où une institutrice française vit avec ses deux enfants, Joseph et Suzanne. Le récit commence avec l’achat d’un cheval qui meurt huit jours plus tard. S’ensuivent une description de la misère dans la plaine de Kam et une évocation du passé de la famille. Arrivée à la colonie quelques années plus tôt avec son mari, attirée par la promesse d’une vie meilleure et dans l’espoir de s’enrichir, la mère avait dû faire face seule, après la mort de son conjoint, à l’éducation de ses deux enfants dans des conditions difficiles. Abandonnant son poste d’enseignante de la fonction publique, elle avait donné des leçons particulières, notamment de piano, avant d’être embauchée comme pianiste dans un cinéma pendant dix ans. Cette nouvelle activité professionnelle lui avait permis de faire des économies et d’acheter une concession qu’elle avait mise partiellement en culture, avec pour projet d’utiliser l’argent de la récolte pour construire un bungalow. Après six ans dans la plaine, la réalité avait été toute autre : sans cesse inondée par les eaux du Pacifique, sa terre était devenue incultivable et son investissement initial semblait bel et bien perdu. Face à son endettement et à la prise de conscience du « grand vampirisme colonial », la mère s’était engagée dans une lutte féroce et déterminée à la fois contre le Pacifique et les agents malhonnêtes du cadastre, mais l’écroulement du barrage qu’elle avait tenté de construire avec les paysans de la région n’avait rien changé à sa condition, sans toutefois entamer son courage. Femme dévouée et déterminée, elle avait décidé de poursuivre le combat.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Un barrage contre le Pacifique