Une bouteille dans la mer de Gaza

par

Résumé

Tal Levine est née en 1986 à Tel Aviv et vit à Jérusalem. Son père, guide touristique en Israël, militant pour la paix, est passionné d’histoire et d’archéologie. Selon ses propres dires, nul ne connaît la ville de Jérusalem comme elle et son père. Elle se souvient très bien de cette journée du 13 septembre 1993, alors que le Premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, et le dirigeant de l’Organisation de Libération de la Palestine, Yasser Arafat, se sont serré la main à la Maison Blanche, devant le président américain Bill Clinton. Tous croyaient que la guerre entre les deux camps était terminée. Toutefois, en 1995, Israël se trouve à nouveau divisé lors des négociations d’Yitzhak Rabin avec les Palestiniens. Considéré comme un traître par une partie de la population, il est assassiné par un étudiant juif israélien. Tal était pourtant persuadée qu’il existait un autre moyen que la guerre de régler les différends entre Palestiniens et Israéliens, mais depuis l’an 2000, Jérusalem connaît énormément d’attentats et le conflit ne cesse de prendre de l’ampleur.

En juillet 2003, une explosion survient près de la maison de Tal. Un terroriste s’est fait exploser à l’intérieur d’un café, faisant six victimes. Ce café, Tal y allait souvent et c’est à ce moment précis qu’elle comprend que la vie ne tient qu’à un fil. Alors que son frère Eytan et son père se rendent sur les lieux de l’attentat, Tal reste à la maison avec sa mère. Bouleversée par les évènements, la jeune fille en fait des cauchemars.

Elle se met à écrire pour faire sortir de son esprit ces images d’horreur qui lui reviennent, « comme s’il y avait un fleuve de mots qui devait sortir ». Son besoin d’écrire s’explique aussi, selon elle, par le fait qu’elle ne peut pas exprimer certaines choses devant ses proches. Durant un cours de biologie, une idée lui vient en tête : elle ressent le besoin d’écrire ce qu’elle pense à quelqu’un de l’autre côté, à Gaza. Ne sachant pas précisément à qui elle s’adresse, elle commence sa lettre en décrivant cette personne, persuadée que ce sera une jeune fille de son âge qui la lira. Elle explique ensuite le contexte de cette lettre, qu’elle insère dans une bouteille, puis elle demande à son frère Eytan, infirmier militaire qui travaille de l’autre côté de la frontière, de la jeter dans la mer de Gaza.

Naïm Al-Farjouk, un jeune homme de vingt ans, se promène sur la plage de Gaza, un livre à la main, et tombe sur la bouteille de Tal. Il se couche sur la plage et lit le message qu’elle contient. Il se rend ensuite dans un cybercafé pour lui répondre, Tal ayant pris soin de laisser une adresse courriel de retour. Celle-ci reçoit ainsi un message électronique deux semaines après avoir confié la bouteille à Eytan. Naïm, « Gazaman » de son pseudonyme, refuse dans son premier courriel de participer à cette démarche de réconciliation entre les deux camps ; il se moque même de la jeune fille. Cette dernière, têtue, ne s’arrête pas là et lui envoie six courriels afin de poursuivre leur correspondance entamée. Les échanges commencent donc difficilement. Naïm reste fermé aux questions de Tal, alors que celle-ci lui accorde toute sa confiance et parle ouvertement de tous les sujets qui la préoccupent, que ce soit du conflit israélo-palestinien ou de sa relation amoureuse avec son petit ami Ouri.

Si Tal désire tant poursuivre ses conversations avec Naïm, c’est avant tout parce qu’elle veut se prouver qu’il n’existe pas que de la haine entre Palestiniens et Israéliens. Celui-ci finit par répondre à Tal suite à ses propos sur l’assassinat d’Yitzhak Rabin. Il établit clairement que malgré leur correspondance, ils ne sont pas amis. Toujours caché derrière son pseudonyme, il lui donne le point de vue des Palestiniens sur l’assassinat, en faisant preuve d’une certaine ironie. En effet, Naïm laisse croire que la vie à Jérusalem est parfaite ou du moins, meilleure qu’à Gaza. Malgré tout ce qui les sépare, les deux personnages ressentent ce besoin de s’évader par l’écriture et aiment se lire l’un l’autre. Afin de communiquer plus facilement, ils se connectent également sur un site de messagerie instantanée.

Puis un jour, Tal apprend aux informations télévisées qu’un massacre est survenu dans un camp de réfugiés de Gaza. Elle se précipite sur son ordinateur pour écrire à Naïm. Des images d’horreur lui viennent en tête et elle prie pour qu’il ne fasse pas partie des victimes. Voyant sa correspondante décrire si bien les évènements et surtout exprimer autant d’empathie, Naïm remet en question sa perception de la jeune fille, si bien qu’il en tombe amoureux. Il essaie en vain de se convaincre du contraire, mais il finit par réaliser l’ampleur de ses sentiments pour elle lorsqu’il apprend qu’un autobus a explosé à l’endroit précis où son amie devait se trouver. Il se précipite sur son ordinateur et parcourt toutes les listes de victimes pour s’assurer que Tal n’y est pas mentionnée. Celle-ci, qui y a assisté alors qu’elle faisait un reportage sur Jérusalem, se trouve en état de choc et met quelques jours à répondre. Puis, peu à peu, Gazaman s’ouvre à Tal, lui mentionne son nom et son âge, et il cesse de dissimuler sa vulnérabilité.

Un jour Eytan avoue à sa sœur avoir lu la lettre dans la bouteille, Tal se sent trahie. Elle raconte son initiative à ses parents, qui y voient un geste d’espoir en l’avenir des deux peuples. Eytan raconte à Tal qu’il a vu Naïm prendre la bouteille et il lui en donne une description physique.

L’histoire prend fin tandis que Naïm écrit un dernier message à Tal. Il revient sur son passé et lui explique qu’il était parti travailler en Israël avant la seconde Intifada. C’est à ce moment-là qu’il avait rencontré une jeune fille, elle aussi prénommée Tal, dont il était tombé amoureux. Or, les tensions entre les deux peuples ont forcé Naïm à retourner à Gaza et il n’a plus jamais eu de nouvelles de celle-ci. Il explique à Tal qu’il veut prendre du recul et que grâce à une bourse, il part étudier la médecine au Canada. Il dit ne pas désirer de réponse mais il lui donne rendez-vous dans trois ans près de la fontaine de Trevi, à Rome, où il lui promet de l’attendre, la bouteille à la main…

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >