Une bouteille dans la mer de Gaza

par

Naïm

NaïmAl-Farjouk est mieux connu au fil de l’histoire sous le pseudonyme de Gazaman, sous lequel ilcorrespond avec Tal. La révélation de son vrai prénom n’apparaît que dans la deuxièmemoitié du roman. Comme il le précise à la fin de sa lettre, son prénom signifie« le paradis » en arabe, et fait écho à la propretraduction du prénom de Tal, qui signifie « la rosée du matin ». Physiquement,Eytan, le frère de Tal, le décrit comme étant « assez grand, un mètresoixante-quinze environ. Mince. Des cheveux courts, légèrement bouclés. »Habillé de jeans et d’un tee-shirt, il ne présente aucun signe particulier etpourrait être n’importe quel représentant de la jeunesse palestinienne. Naïm avingt ans, et, tout comme sa correspondante Tal, fait preuve d’une simplicitéet d’une véracité frappantes propres à favoriser l’identification du lecteur.

Si Talse montre confiante et loquace dans l’échange épistolaire, Naïm, lui, répond àla jeune Israélienne avec cynisme, presque de la froideur. Si elle lui livresouvent de longues descriptions de souvenirs d’enfance (comme celle quiaccompagne la description de la photographie qu’elle lui envoie, où elle évoqueen détail les évènements de la journée durant laquelle la photo a été prise),Naïm, lui, s’efforce de garder ses distances, en se dissimulant sous unpseudonyme et en affirmant qu’une description physique ne vaut rien. Il s’ouvrepourtant, petit à petit : ses missives se font plus régulières, son tonchange, bien que la description de son quotidien paraisse souvent avoir pourbut de choquer Tal. Il semble exaspéré par la bonne volonté et la confiance quemet celle-ci dans leur correspondance, l’espoir qu’elle nourrit et veutpropager d’un lendemain meilleur. Submergé par la souffrance de voir son paysen ruines, Naïm a en réalité peur de laisser ses sentiments transparaître, et ilse forge ainsi une barrière protectrice que la jeune fille parvient à fairevoler en éclats.

Ilavoue à la fin du roman avoir le projet de partir étudier au Canada pourdevenir médecin. Contrairement à Tal, il désire tirer un trait définitif sur lavie qu’il mène à Gaza, aspirant à se reconstruire ailleurs que sur des ruines. Iln’est donc pas un éternel pessimiste et un abominable cynique débordant d’ironie,mais un jeune homme en ayant déjà trop vu et ayant trop souffert pour désirertenter de rebâtir sa vie sur les mêmes fondations.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Naïm >