Une partie de campagne

par

Henriette

Henriette,la fille des Dufour, est âgée de dix-huit à vingt ans. Si sa mère incarne unecertaine soif de vivre, un appétit non dissimulé pour les plaisirs terrestres, qu’ilsconcernent la nourriture ou les hommes, Henriette fait preuve, au départtoutefois, de la réserve commune chez les jeunes filles de son époque. Elle estcependant un personnage ambivalent : ses rebuffades devant les avancesd’Henri sont bien vite annihilées par son désir qu’elle ne cherche plus àcacher, et la timidité apparente dont elle fait preuve au début de leurrencontre semble davantage relever de la bienséance que d’une véritable gêne.

Son physique lui-même montrel’ambigüité du personnage : loin d’être aussi grasse que sa mère, sesformes fines et fermes attirent le regard en révélant une délicatesse typiquede la jeunesse, mais non moins propre à séduire que l’imposant tour de poitrinede sa mère. Elle est « une de ces femmes dont la rencontre dans larue vous fouette d’un désir subit, et vous laisse jusqu’à la nuit uneinquiétude vague et un soulèvement des sens. » Toutsemble être matière au désir en la personne d’Henriette : sa chevelureopulente et noire, son regard, sa peau, ses formes ; la description trèsdétaillée de Maupassant en appelle aux cinq sens et reflète bien là une jeunefille dont le pouvoir de séduction paraît sans limites, universel.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Henriette >