Une partie de campagne

par

Madame Dufour

Madame Dufour est une femme de trente-six ans, dans la force de l’âge, et pourvue de toutes les caractéristiques de la bourgeoise parisienne au meilleur de sa forme. Son mari M. Dufour semble ou passif ou soumis à côté de sa femme vivante et enjouée : il lui laisse le choix de l’auberge dans laquelle ils font halte, ne cesse de lui proposer son aide et se contente de s’enivrer lors du pique-nique.

Madame Dufour est décrite comme « forte en chair, épanouie et réjouissante à voir. Elle respirait avec peine, étranglée violemment par l’étreinte de son corset trop serré ; et la pression de cette machine rejetait jusque dans son double menton la masse fluctuante de sa poitrine surabondante ». Cette adiposité, loin d’être ici stigmatisée, semble être le signe d’une aisance matérielle et d’une assurance sociale que la parisienne semble exacerber dans ses relations avec les gens de la campagne, s’adressant à eux tels des enfants ou des bêtes curieuses. Lorsqu’elle commande un menu à l’auberge, elle prend soin d’articuler comme si elle craignait que la servante ne comprenne pas ses paroles. Elle est le stéréotype de la maîtresse de maison bourgeoise parisienne, sans grande éducation ni culture, mais aimant montrer à ceux qui font partie du monde ouvrier que sa catégorie sociale est supérieure à la leur.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Madame Dufour >