Zadig ou la destinée

par

Un conte satirique

- Il était dans l’usage de Voltaire que de recourir à la satire pour divulguer un message philosophique. Dans Zadig ou la Destinée, l’auteur ironise sur la religion par l’intervention d’un ange pour expliquer les aventures que Zadig a vécu. Mais la religion n’est pas le seul sujet que l’auteur ironise.

- En effet, Voltaire fait également la satire du pouvoir. On le constate par la description du Noabdar, tyrannique et autoritaire, qui est dépeint semblable au roi Louis XIV, contemporain à Voltaire. De plus, appartement au mouvement des Lumières, Voltaire était en faveur d’un régime démocratique et était contre la monarchie et l'absolutisme.

- La critique de la justice est également faite au travers de Zadig ou la Destinée. En effet, la justice orientale y est présentée comme abusant de son pouvoir. De plus, ils s’appuient sur les traditions, et c’est pour cela, par exemple, qu’ils ont du mal à accepter le fait que Zadig veuille faire stopper les bûchers de veuvage (les femmes récemment veuves doivent s’immoler pour «rejoindre» leurs défunts époux). Aussi, les juges sont montrés comme cupides et cherchent d’avantage à s’enrichir qu’à appliquer une véritable justice, comme on les voit souvent débattre sur la meilleure manière de se répartir l’argent de Zadig. Cette critique de la justice faite par Voltaire est certainement liée à l’affaire Calas, qui dans laquelle Voltaire pris parti pour Jean Calas, un protestant qui avait été accusé d’avoir assassiné son fils, alors qu’il avait tenté de cacher son suicide.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un conte satirique >

Dissertation à propos de Zadig ou la destinée