Analyse du disours

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 63 (15584 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES TEXTES DE MÉTHODOLOGIE
Alpha Ousmane BARRY
Chaire de Recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie http://www.chaire-mcd.ca/

LES BASES THÉORIQUES EN ANALYSE DU DISCOURS
Alpha Ousmane BARRY
Chercheur associé au GRELIS de l’Université de Franche-Comté (Besançon) et au GRADIP de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Introduction La constitution d’un champ derecherche autonome dont l’objet est le “discours”, s’inscrit de façon générale dans le cadre de l’évolution des sciences du langage à partir des années soixante. L’analyse de discours entretient avec la linguistique des rapports complexes qui sont toujours en situation de redéfinition constante, car il s’agit plus d’un mouvement scientifique qui se situe à la croisée des chemins, ayant son objet, sescadres méthodologiques et ses notions, qu’une discipline circonscrite comme un bloc homogène. En dépit de la diversité des approches en analyse de discours, des théories et des notions qui y sont impliquées, toutes les voies convergent vers la définition unique de son objet par GRAWITZ (1990 : 345) qui soutient que toutes les recherches en ce domaine ‹‹(...) partent néanmoins du principe que lesénoncés ne se présentent pas comme des phrases ou des suites de phrases mais comme des textes. Or un texte est un mode d’organisation spécifique qu’il faut étudier comme tel en le rapportant aux conditions dans lesquelles il est produit. Considérer la structure d’un texte en le rapportant à ses conditions de production, c’est l’envisager comme discours››. La question du discours n’est pas énoncéedans le cours de linguistique de Ferdinand de SAUSSURE qui circonscrit le domaine de la linguistique comme une étude de la langue, elle-même définie comme un “système de signes”. Sa théorie repose sur une opposition langue / parole qui recoupe l’opposition société / individu. La recherche en linguistique s’oriente ainsi vers l’étude du système de la langue par opposition aux manifestationsindividuelles de la parole. La séparation langue / parole présuppose du coup une opposition entre ce qui est social et ce qui individuel. Par rapport à cette opposition, le discours est le tiers-exclu. La première mise en cause de l’opposition saussurienne qui réhabilite la parole apparaît en 1909 chez Charles BALLY, dans son traité de stylistique. Celui-ci expose les principes d’une linguistique de laparole qui ouvre la voie de la recherche sur la relation entretenue par le sujet parlant, son discours et le contexte.

1

LES TEXTES DE MÉTHODOLOGIE
Alpha Ousmane BARRY
Chaire de Recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie http://www.chaire-mcd.ca/

Chez GUILLAUME, o trouve la notion de l’acte de discours, qui tend à apporter plus n de précisions sur la place du sujetparlant ; mais cette théorie ne dépasse pas celle de De SAUSSURE. C’est chez les formalistes russes, par contre, que se développe à partir de 1915 une recherche sur les structures narratives de la littérature orale et écrite. En 1928, on découvre, dans La morphologie du conte russe de PROPP, l’ambition de dépasser le principe de l’immanence pour s’intéresser aux vastes ensembles discursifs que sontles textes, afin de rendre compte de l’organisation syntaxique et sémantique d’un texte. BENVENISTE qui effectue des recherches sur l’énonciation et la sémiologie de la langue, en partant de la philosophie analytique et en particulier de la théorie des actes de parole de l’anglo-saxon AUSTIN, contribue à introduire dans la linguistique française un thème nouveau, qui représente aujourd’hui cequ’on appelle communément l’analyse de discours. Aborder cette analyse, c'est se confronter à une multitude de questions fondamentales du type : - Qu'est ce que le discours ? - Quelles sont les principales approches en analyse de discours ? - Quel est l’apport de ces outils à notre travail de recherche ? 1.1. Le discours : essai d’une définition L’instabilité de la notion de discours rend dérisoire...
tracking img