Analyse lettre persanne 99

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (949 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Lettres Persanes
Montesquieu

Deux persans, Usbek et Rica entreprennent un voyage d’étude en France. Ils quittent tous deux Ispahan, leur ville natale. Usbek souhaite venir en occident à lafois pour échapper aux représailles qui le menacent dans une cour corrompue, où sa franchise lui a valu plusieurs ennemis et aussi avec le désir d’effectuer un voyage d’études. Usbek quitte presque àregret un sérail de cinq épouses larmoyantes, qu’il confie à plusieurs eunuques despotes. Rica, lui est libre de toute attache et vient en France avec le souhait de côtoyer les salons, les beaux espritset les jolies femmes.
Dans la Lettre 99 - "Rica à Rhédi à Venise", Montesquieu critique les manières de s'habiller des Français, surtout des Parisiens, en utilisant des hyperboles, des antithèses,des métaphores, des accumulations d'exemples... Mais la mode n'est pas son intérêt ; il s'en moque complètement. Si on lit entre les lignes, Montesquieu critique clairement de façon implicite lesystème monarchique sous lequel il vit.

Lettre 99 : Rica à Rhédi à Venise

Montesquieu, de son vrai nom Charles-Louis de Seconda est né le 18 Janvier 1689 à la Brède et mort en 1755. En 1721, ilpublie anonymement Les Lettres Persanes à Amsterdam pour éviter la censure ou les poursuites qui avaient lieux dans les années 1700.
L'extrait que nous allons étudier est la lettre 99 : "Rica à Rhédi àVenise" dans laquelle Montesquieu critique la mode des français mais pas seulement. En quoi Montesquieu critique-t-il les meurs des français, pourquoi critique-il le roi ?
Pour répondre à cettequestion, nous allons voir comment Montesquieu décrit-il la mode chez les français, et dans une deuxième partie, nous allons voir ce qu'il pense du roi.

Montesquieu nous fait part de son regard sur lamode française : « Je trouve les caprices de la mode, chez les Français, étonnants ». Il critique les caprices de la mode française et s'étonne que les maris laissent leurs femmes s'acheter tant...
tracking img