Bachelard, tout est construit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1934 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Corrigé de Bachelard, La formation de l'esprit scientifique, p. 14

Extrait de texte : « La science, dans son besoin d'achèvement (...) Tout est construit. »

Présentation de l'objet du texte.
Premières définitions

Problématique.
Chacun admet que la science et l'opinion individuelle diffèrent en qualité, parce que la première démontre là où la seconde ne fait qu'affirmer ; que lascience vise l'objectivité tandis que l'opinion se fonde sur la seule impression subjective. Cette différence ne nous apparaît cependant pas rédhibitoire, dans la mesure où il nous semble que la science se contente souvent de formaliser ce que l'opinion avait aperçu.
Or c'est bien cette croyance qui fait problème. Si la science et l'opinion sont si hétérogènes, pourquoi maintenir entre elles unquelconque lien ?
Thèse de l'auteur
Dans La formation de l'esprit scientifique, (1938) Gaston Bachelard réfute radicalement cette croyance dans un lien de continuité entre la science et l'opinion : « la science dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. » Il démontre en effet que de l'une à l'autre il ne saurait y avoir de continuité, mais bien unerupture, tans l'esprit scientifique diffère par son approche de l'opinion.
Annonce du plan
Son argumentation tient en trois points : il commence par définir l'opinion et montre par là son inaptitude à viser la vérité ; il montre ensuite que l'on ne peut partir d'elle pour fonder une quelconque théorie scientifique tant l'esprit scientifique se définit par une méthode spécifique.
Enjeu du texte
Audelà de la seule opposition entre science et opinion, il y va d'une définition de ce qui fait le propre de la science : elle procède méthodiquement et tient donc sa valeur de ses démarches plus que de ses résultats.
Première partie, définition et rejet de l'opinion.
Transition
L'opposition entre science et opinion est telle qu'elle suppose l'abandon de toute opinion. Bachelard définit ici nonseulement le propre de l'opinion, mais montre en même temps qu'il ne faut pas la considérer comme une étape nécessaire vers la vérité, mais bien comme un obstacle.
*
Définition de l'opposition
Dès la première phrase, Gaston Bachelard affirme la radicalité de l'opposition entre science et opinion : il s'agit d'une contradiction qui ne souffre pas d'exception, ni dans les fins poursuivies, nidans les moyens mmobilisés.
La science vise une certaine modalité du savoir, la vérité, qui ne se confond pas avec celle de l'opinion, la probabilité. En effet, le « besoin d'achèvement » de la science, c'est-à-dire sa fin, réside dans un savoir certain, qui ne peut plus être mis en doute. La science est aboutie lorsque sur un phénomène, elle en comprend de manière objective et universelle lesmodalités. La science refuse donc l'hypothèse relativiste selon laquelle il pourrait y avoir plusieurs opinions valables pour un seul phénomène.
Quant au « principe » de la science, c'est-à-dire sa méthode, il diffère également en tout point avec l'opinion. On pourrait même avancer que l'opinion n'a pas de méthode, elle n'est que subjective.
Discussion de l'objection
Cette opposition peut pourtantsembler moins avérée dans la pratique, dans la mesure où une théorie scientifique pourrait aboutir au même résultat que ce qu'avançait déjà l'opinion. Cela peut arriver en effet dans certains cas, mais, toujours un « point particulier », l'opinion étant toujours restreinte à des impressions ne pouvant s'élever à une connaissance totalisante des phénomènes, au rebours de la science. Analysonsalors précisément de quoi il s'agit. Gaston Bachelard nous invite à considérer que si l'opinion semble légitime, « c'est pour d'autres raisons »; car « l'opinion a en droit toujours tort. » Il ne s'agit pas ici d'un problème juridique qui doive se traduire devant un tribunal civil, mais, au sens de Kant, devant le tribunal de la Raison elle-même. L'auteur ici reproche en effet à l'opinion d'ignorer...
tracking img