Conscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
COURS ART, suite

II. 2. b). Intersubjectivité: la question de l’interprétation

(suite)

> La poésie exprime cette fois la nostalgie de l'âme à distance de l'autre:

↧ Ce qui implique pb: qu'est-ce qui nous sépare primitivement d'autrui? Qu'est-ce qui ne peut être communiqué?

↧ mais LANGAGE = manifestement, à cet effet, instrument de mon TRANSFERT vers autrui:
-pour réduirecette distance
- et aussi dimension qui me rend autrui indispensable:

Les relations humaines se concevraient-elles sans langage?
Ex. le désir humain: simple parade nuptiale ou déclaration d'amour?

> Cependant, si l'oeuvre d'art permet aux subjectivités de se rencontrer parce que l'une s'y exprime et que l'autre reçoit cette subjectivité, restent deux difficultés:

●La question de l'interprétation de l'oeuvre:

= (Quand) peut-on être sûr d'avoir « bien » interprété une oeuvre d'art?

Car tout d'abord nécessité de l'INTERPRETER: l'oeuvre d'art ne vaut pas par elle-même en tant que « chose » (être de la nature), mais par le SENS que la conscience de l'artiste lui insuffle.

Alors plusieurs options: a-t-on « bien » interprété l'oeuvre lorsqu'on a exhibé :– un sens quelconque?
– le sens que lui a conféré son auteur?

= en cela (dans la seconde hypothèse), est-ce que l'interprétation de l'oeuvre d'art se ramène seulement à la façon dont nous interprétons le langage en général:

INTERPRETATION = simple COMPREHENSION?

> Certes: nécessité de ne pas faire porter à l'oeuvre des sens qui occultent ceux qu'elle porte historiquement.

Ex:interprétation marxiste de tout et de n'importe quoi, ou autre interprétation idéologique en général :

Idéologie : attention, ce concept fait l’objet d’un renversement extraordinaire de sens dans son histoire !
1) à l’origine, selon l’étymologie, idéo-logie signifie bien « réflexion » (rationnelle : logos) sur les idées = ou plus précisément étude critiques des conditions dans lesquelles émergentnos systèmes de pensées. Ainsi à la jonction du 18ème et du 19ème siècle le courant des « Idéologues » en France. Notamment, cette recherche critique porte sur les conditions matérielles inaperçues, qui conditionnent dans une société ou un individu l’adhésion à tel ou tel type d’idée.
2) Mais à partir de Marx, le terme est renversé : on voit d’ailleurs à partir de la fin de l’explicationprécédente la transition se faire : le matérialisme de Marx, c’est de supposer qu’il y a effectivement de telles conditions matérielles et pas seulement intellectuelles ou idéales à nos systèmes de pensée ( voir ce terme de « matérialisme historique » plus précisément dans un dictionnaire de philosophie). Or, cette fois, l’idéologie au sens de Marx devient pourtant le fait que ces conditions de nos idéessoient méconnues : ainsi, dans le contexte de sa pensée, la « bourgeoisie » se rend coupable d’ »idéologie » car elle prétend fonder ses idées sociales seulement en elles-mêmes, comme si les idées valaient toutes seules et du coup « universellement (les droits de l’homme, la liberté comme « grande idée », au fondement du libéralisme social…) = il y a un dénoncement de « l’idéalisme » de la part deMarx car celui qui considérerait seulement les idées pour elles-mêmes (… = le « philosophe » et non pas le sociologue ?) resterait (volontairement ?) sourd au fait qu’il y a des conditions matérielles et sociales à leur émergence : mais ces condtions étant variables et contingentes, ce serait un marché de dupe de vouloir nous faire croire que de tels idéaux sont « universels » et « absolus » !L’ironie du sort, c’est que le marxisme dont le but premier était de dénoncer de telles idéologies est ensuite devenu lui-même… une idéologie ! (XXème siècle).

Bref, pour revenir aux conditions dans lesquelles nous interprétons une œuvre d’art, il faut là aussi se rendre capable d’ »idéologie » dans le bon sens du terme = sens premier : savoir interpréter une œuvre dans le contexte...
tracking img