Cours complet Contentieux administratif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 143 (35579 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
CONTENTIEUX ADMINISTRATIF

Contentieux : ensemble litiges ou de conflits non résolu entre deux parties. L’une des parties serait une personne publique. Définition trop large car dans certaines hypothèse l’activité relevé non pas du JA mais du juge judiciaire. SPIC : juge judiciaire voie de fait : juge judiciaire loi spéciale : exemple dommage véhicule loi 1957 juge judiciaire. Donc on peut direque CA ensemble des litiges liés à l’activité administrative et dont le règlement incombe à l’ordre juridictionnel administrative.
On s’intéresse à l’ordre juridictionnel administratif et à la répartition des compétences. Il faut qualifier l’ensemble des procédures juridictionnelles c’est-à-dire définir les règles qui définissent l’exercice juridictionnel.
On parle parfois de procédurecontentieuse administrative, les règles sont par principe autonomes. Ce sont les règles propres de l’instance et de recours. Les règles civiles sont inopérantes et ne sont pas retenu par le juge administratif ; Cette autonomie a été retenu en l’absence de tout texte imposant le contraire. Arrêt 27 février 1862 Eaux thermales de Vichy. Cette autonomie ne veut pas dire que le juge ignore totalement laprocédure civile car si on regarde de plus près le juge prends en considération et peut s’en inspirer pour dégager par exemple des règles répétitives. De façon exceptionnel le juge administratif a pu se référer au code civile ex ; ouverture tiers opposition pour personnes étrangères au procès. Il y a des textes qui ont transposer des règles applicable à la procédure civile exemple : remboursement desfrais non compris dans les dépôts.

SECTION 1 : évolution du contentieux administratif
Permet d’assurer la soumission des personnes publiques au droit. Cela sactione lapersonne publique s’il n’y pas de respect du principe de la légalité. Considère personne publique comme justiciable ordinaire. Les personnes publiques ont besoin d’un juge particulier indépendant et donc il n’est pas possible defaire contrôler l’administration par le juge judiciaire. Edit saint Germain 1641 a interdit au parlement d’interférer dans les affaires de l’administration. Loi 16 et 24 aout 1790 fonction judiciaire distincte et séparé des fonctions administratives. Decret 16 fructidor an III différence entre autorité judiciaire et administrative.
Dans un premier tems aucun ne vient contrôler l’administration. ILfaudra attendre la période de l’an VIII avec création du conseil d’Etat et conseil de préfecture (devenu plus tar tribunaux administratif. A l’époque système de justice retenue car ministre concerné par réclamation d’un particulier et qu’il jugé lui-même. Le Conseil d’Etat intervenait comme juge d’appel de la décision prise par le ministre. Ce système de justice retenue a perduré jusqu’au 28 mai1872 où l’on passe à un système de justice délégué. La théorie du ministre juge disparaitra avec l’arrêt CADOT du 13 décembre 1889. Il y a développement important de l’activité contentieuse qui est en parallèle du développement de la personne publique. Cela entraine encombrement de la juridiction administrative. En 1953 les conseils de préfecture sont remplacés par les tribunaux administratifs.Avant les conseils de préfecture avait une intervention dans des domaines limités et le reste est dévolu au Conseil d’Etat. Les tribunaux administratifs deviennent ainsi des juges de droit commun et le CE pourra ainsi se décharger des compétences qu’il avait en premier ressort. Il existe 41 tribunaux administratifs. Loi de 1987 crée cour administrative d’appel. Avant c’était le CE le juge d’appel.Il y a 8 cours administratives d’appel. La quasi-totale fonction d’appel releve aujourd’hui de la cour d’appel.

SECTION 2 : Les sources du contentieux du droit administratif

I) Les sources constitutionnelles
La constitution s’intéresse très peu au juge administratif. On y trouve les fonctions consultatives du conseil d’Etat. Exemple : art 38 ordonnances prise après avis du CE. Art 9...
tracking img