Du droit du plus fort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (597 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans ce texte extrait du chapitre 3 du livre 1 Du contrat social, Rousseau aborde la question du droit du plus fort. Alors qu’il s’interroge à savoir à quelles conditions une autorité politique peutêtre légitime, il commence par déterminer ce qui ne l’est pas. Ici, il va montrer en quoi le droit ne peut être fondé sur la force. En d’autres termes, la force ne donne aucune légitimité. Il va donccommencer, dans un premier paragraphe par montrer que la force ne fait pas droit, puis, dans un deuxième paragraphe, il va construire un raisonnement pat l’absurde. En supposant que la notion de droitdu plus fort existe, il va montrer qu’elle est dénuée de sens. Pourquoi la force ne donne-t-elle aucune légitimité ? Rousseau va commencer ici par un constat : quand le plus fort veut rester lemaître, il a intérêt à faire croire que sa force est un droit. En d’autres termes, les faits nous montrent que la force seule ne suffit pas, il faut lui donner l’apparence du droit. Ainsi, un tyran va-t-ilorganiser des élections truquées pour faire croire qu’il est légitime, par exemple. Vous pouvez également penser à la fable de la Fontaine « le loup et l’agneau ». le loup qui ne fait finalement qu’unusage de la force construit tout un raisonnement et toute une argumentation pour faire croire qu’il a le droit de dévorer l’agneau. Notez alors la mauvaise foi dont il fait preuve. Une telle attitudeconsiste alors à se moquer du droit et à jouer des apparences. Il s’agit de faire croire qu’on a le droit avec soi, qu’on est légitime dans ce qu’on fait. Pourquoi ? parce que sinon on manifeste safaiblesse. Paradoxalement, le droit donne donc une force à la force. Mais le droit pris en apparence, l’apparence de légitimité n’est bien qu’une apparence, elle ne donne aucun droit. Pourquoi ? Parceque l’on n’obéit alors que par peur de la force et non par devoir. On n’obéit que parce qu’on ne peut pas faire autrement si on veut rester en vie en non par devoir. D’où la notion de prudence....
tracking img