Introduction science politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2937 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à la science politique

Introduction

De toutes les sciences sociales l’étude des faits politiques est l’activité la plus ancienne. Dans l’Antiquité on ne parlait pas de science sociale, c’était des études faisant partie de la philosophie ou de la morale. La réflexion sur les faits politiques se faisait, au départ, sous forme de recommandations puisque l’objectif était de trouverla meilleure manière de gouverner. Bien avant les grecs de l’Antiquité les chinois se sont interrogés sur la meilleure manière d’organiser la société. Cette façon d’envisager le rapport gouvernants/gouvernés sera maintenu jusqu’à la publication du Prince de Machiavel. On remarque que c’est au moment des crises que ces réflexions prennent place, ceci est permanent jusqu’à aujourd’hui. Des momentsoù on constate des changements sociaux brutaux et inhabituels. Pour les chinois c’était entre le V° et le III° siècle avant notre J-C, c’était particulier car la Chine passait des royaumes combattants vers un empire unifié. La pensée politique grecque apparaît au moment où la civilisation grecque apparaît au moment où la civilisation grecque amorce une décadence que Platon va essayer d’étudier.Ses réflexions constituent les premières en occident qui relèvent d’une étude de la chose politique. Aristote va continuer en s’interrogeant sur la nature des régimes politiques et sur leur meilleur exercice. La première question d’ordre social à se poser a concerné les faits politiques. Cette même question constitue un des grands axes de la réflexion philosophique. L’organisation des rapportsgouvernants/gouvernés est le premier problème social, c’est un des termes centraux de l’étude du politique. Mais à ce stade on ne peut pas parler de science politique, c’était une réflexion sur les faits politiques mais soit dans le cadre d’une réflexion philosophique soit dans le cadre d’une réflexion éthique ou morale. C’est la réflexion sur la chose politique qui a précédé l’apparition d’unescience des faits politiques. La science politique n’apparaît qu’au cours du XX° siècle après l’apparition de deux sciences qui lui sont liées (économie et sociologie) et d’une science qui lui est proche (anthropologie). Ces sciences sociales se sont proclamées distinctes de la philosophie. Cette indépendance a été plus longue pour la science politique.

L’économie s’est développée au moment où lecapitalisme prenait forme et lorsqu’on cherchait à cerner la constitution des sociétés de manière à assurer un enrichissement collectif. C’est ainsi que s’est imposée l’école mercantiliste puis physiocratique mais c’est ainsi que va s’imposer le discours libéral dans le sillage d’Adam Smith (La richesse des nations en 1776). Ces doctrines économiques posaient les étapes d’une réflexion sur le rapportau pouvoir par rapport à l’organisation de la cité et de la place de l’Etat.

La sociologie apparaît avec l’émergence du peuple comme acteur, comme partie prenante à l’histoire à partir de la deuxième moitié du XVIII° siècle. C’est vers cette époque qu’on commence à mesurer le poids politique et sociologique des nouvelles classes. Ainsi, Montesquieu, dans L’esprit des lois (1748) pose laquestion de la transformation des régimes politiques pour tenir compte d’une évolution sociale sans pour autant changer le système politique. Sa réflexion n’est ni normative ni purement juridique. Elle est portée sur la meilleure façon d’organiser les pouvoirs. Vers 1850 Auguste Comte se propose de former une science dont l’objet principal serait « la physique sociale » c’est-à-dire une science quicherche à cerner la dynamique des sociétés humaines. Plus tard, Karl Marx se propose de construire une théorie scientifique de l’histoire sociale. Emile Durkheim va essayer de montrer que la société, le rapport au pouvoir et les rapports entre individus ne sont pas le fruit du hasard mais le résultat de lois qui agissent sur les individus.
L’anthropologie, sans avoir le pouvoir ou l’étude des faits...
tracking img