La fontaine "le loup et l'agneau" commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3001 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean de La Fontaine, Fables, "Le loup et l'agneau", I ; 10, 1668

Exemple de commentaire rédigé

(NB : les passages entre crochets ne doivent pas figurer sur la copie : ils permettent ici de mettre
en évidence la structure du commentaire)

[1- Entrée en matière] La Fontaine (1621-1695) publie son premier recueil des Fables en 1668. Auteur classique, il puise chez les Anciens, le GrecEsope et le Latin Phèdre, la trame de ses fables (il ne s'en est jamais caché). Comme les Anciens, ses intentions sont éducatives. Son originalité réside dans sa façon toute personnelle de raconter. Il s’agit autant d’instruire que de plaire. C’est pourquoi selon lui, non seulement ses fables "donnent encore d'autres connaissances […] les propriétés des animaux [… ] par conséquent les nôtresaussi", mais encore "une morale nue apporte l'ennui, le conte fait passer le précepte avec lui".Outre l'évidente intention éducative se profile souvent une analyse critique du contexte politique qui fut le sien : la monarchie absolue. Tel est le cas de la célèbre fable "Le loup et l'agneau", dont la portée est universelle. [2- Présentation du texte] Cet apologue raconte une curieuse rencontreentre un loup et un agneau pour illustrer une singulière morale. [ 3- Problématique] Il s'agit de montrer que cette fable dénonce habilement la violence masquée de ceux qui cherchent à justifier par une raison pervertie leur cruauté. [4- Annonce pu plan] Nous montrerons que le fabuliste articule savamment différents types de discours. Le plus important est le discours argumentatif qui oppose leloup et l’agneau dans ce qui ressemble à un singulier procès. Est-ce à dire que « la raison du plus fort est toujours la meilleure » ?

***
***

[I- L’agencement des différents types de discours ] Le fabuliste mêle avec beaucoup d’art les discours argumentatif, narratif et descriptif.
[IA- Le discours argumentatif : l'inversion de la structure traditionnelle de la fable] "Le corps est lafable, l'âme la moralité", écrit le fabuliste. On est d’emblée frappé par l’inversion de l’ordre traditionnel récit, puis morale. C’est ici la morale qui précède le récit. L'âme de la fable est posée d’emblée, sans récit préalable. Le récit a ensuite pour fonction de justifier et d'illustrer la morale qui le précède. Le corps de la fable est comme déduit de son âme. Nous constatons que le corpsest constituée en son milieu par un long dialogue emboîté dans le récit qui le précède et le clôt. La transition entre l'âme et le corps de la fable est explicite : "nous l'allons montrer tout à l'heure". Le récit qui suit la morale joue donc un rôle argumentatif : il justifie la thèse posée a priori tout en la mettent en images. Nous nous interrogerons plus avant sur cette organisation plutôtrare dans les fables, dans la dernière partie de notre devoir.
[IB- Le discours descriptif : stéréotypes et symboles ] Le discours descriptif est réduit au minimum grâce aux stéréotypes et symboles. Les personnages sont rapidement campés. Rien ne les particularise. Ils sont l'un et l'autre les représentants de chacune des espèces évoquées, et au-delà des allégories nous représentant nous, leshumains. Ainsi l'agneau est, conformément à la tradition, symbole d'innocence et de pureté : il "tète encore [s]a mère". D’ailleurs l'onde dans laquelle il se désaltère est elle-même symboliquement "pure". Quant au loup, il incarne comme de tradition l'impitoyable férocité : "plein de rage", "colère", "bête cruelle".La Fontaine a donc choisi deux animaux stéréotypés et radicalement opposés : lefaible et le fort pour incarner de manière allégorique la morale qui préside à cette fable. Il présente tout aussi rapidement le cadre de l'action : le décor du ruisseau, clair, puis celui des forêts, sombre, qui sont symboliques de l'action. Le texte s'ouvre sur des connotations positives : l' "onde pure" évoque la clarté et la transparence, tandis que le "fond des forêts" qui clôt le récit évoque...
tracking img