Le langage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3470 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 

Dissertation :

 

D’où viennent nos difficultés qu’on éprouve à communiquer avec autrui ?

Pourquoi la question se pose-t-elle ? Il apparaît, en effet, que l’homme est un être social : je suis fait pour vivre avec l’autre, j’ai besoin de lui pour partager le travail, les émotions, le plaisir et la peine, ou même simplement mon sentiment d’exister. Pourtant, des faits innombrablesprouvent combien la cohabitation est désespérément difficile : depuis les conflits entre les individus jusqu’aux guerres entre les peuples, tout montre que si autrui s’avère être l’allié le plus indispensable, il est aussi mon plus implacable ennemi. Il suffit de lire les journaux tous les matins, ou de se regarder tout simplement vivre avec les autres, pour se rendre compte que les conflits avecautrui sont quotidiens, et cela porte un important impact sur la communication avec l‘autre.
Quel est l'origine des problèmes auxquels on s'expose en ‎essayant de créer ou de transmettre un dialogue avec quelqu'un ? Y a-t-il plusieurs sortes de difficultés ? Sont-elle toutes d'égale importance ?
si nos rapports avec autrui sont conflictuels, quelle est la réalité de ces conflits ? Mais si le conflitest une réalité incontestable, les hommes ne tentent-ils pas en permanence, et de multiples manières, de moraliser leurs relations et de transcender la brutalité de leurs rapports ? N’existe-t-il pas des relations humaines tant soit peu harmonieuses, non conflictuelles ? Si tel est le cas, quelles sont ces relations ? Comment, dès lors, réguler ou éviter les liens dysharmonieux ?
Il s’agit doncde se demander si l’on peut passer du constat « les conflits quotidiens avec autrui sont fréquents » à l’affirmation générale, ayant valeur de loi, « ces conflits sont définitivement nécessaires ». Autrement dit, le conflit est-il l’essence du rapport à autrui?

Si nos rapports avec autrui sont nécessairement conflictuels, commençons d’abord par recenser les principales formes que revêt cetterelation conflictuelle et par dégager la nature, ainsi que les figures, de ce noyau conflictuel auquel sembleraient se réduire nos liens avec les autres, avant d’en mesurer la valeur.
En distinguant la langue et la parole, on met en place une relation variable entre l'individu et l'ensemble social. S'il est vrai, comme le souligne Hegel, que la pensée authentique est celle qui se formule dans lesmots les plus précis, on doit à l'inverse constater que le mauvais usage du langage témoigne d'une insuffisance de la réflexion. Egalement, l’un des gros problème de la communication est la différence de classe sociale.

L’ une des catégories de conflits, la plus évidente parce que la plus fréquente et quotidienne : les conflits qui se situent au niveau des relations inter-individuelles. De trèsnombreux exemples pouvaient être évoqués, depuis le simple malentendu, la scène de ménage, le klaxon hargneux de l’automobiliste pressé, jusqu’au crime, en passant par l’intimidation, le chantage, la lutte pour le pouvoir, etc. Il était judicieux d’évoquer aussi la concurrence ou la compétition qui sont des formes d’affrontement pacifiques (la compétition sportive) ou sauvages (la compétitionéconomique).
Le conflit peut être ici violent ou non violent, explicite ou implicite, puisqu’il existe des conflits tacites, non dits, silencieux qui généralement dégénèrent au bout d’un certain temps lorsque le poids des tensions est beaucoup trop fort.
On pouvait réserver un sort tout particulier au conflit violent, en définissant la violence comme le recours à la force pour soumettre quelqu’uncontre sa volonté. Par extension, peut être considérée comme violence toute atteinte portée à la personne humaine, soit de la personne sur elle-même, soit sur celle d’autrui (le viol, l’agression, l’homicide, le harcèlement, l’intimidation, l’humiliation… sont ainsi des formes diverses et subtiles de la violence). Les conflits avec les autres ne se limitent pas, loin s’en faut, aux relations...
tracking img