Les apologistes du travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte de Nietzsche: Les apologistes du travail

Les anciens voyaient dans le travail l’expression de la soumission de l’homme à la nécessité ; toutau contraire, les modernes se glorifient comme ce qui fait honneur à l’homme. Nietzsche diagnostique dans cette nouvelle attitude l’approbation secrète dupouvoir de répression du travail.

Dans la glorification du « travail », dans les infatigables discours sur la « bénédiction du travail », je vois lamême arrière-pensée que dans les louanges des actes impersonnels et conformes à l’intérêt général : la crainte de tout ce qui est individuel. On se rendmaintenant très bien compte, à l’aspect du travail - c’est-à-dire de ce dure labeur du matin au soir- que c’est là la meilleure police, qu’elle tientchacun en bride et qu’elle s’entend vigoureusement à entraver le développement de la raison, des désirs, du goût de l’indépendance. Car le travail use laforce nerveuse dans des proportions extraordinaires, et la soustraie à la réflexion, à la méditation, aux rêves, aux soucis, à l’amour et à la haine, ilplace toujours devant les yeux un but minime et accorde des satisfactions faciles et régulières Ainsi une société, où l’on travaille sans cesse durement,jouira d’une plus grande sécurité : et c’est la sécurité que l’on adore maintenant comme divinité suprême. - et voici (oh épouvante!) que c’est justementle « travailleur » qui est devenue dangereux ! Les « individus dangereux » fourmillent ! Et derrière eux il y a le danger des dangers - l’individuum !
tracking img