Oedipe existentialiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1643 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ŒDIPE, CET EXISTENTIALSTE
par Jérémi Chénier
Travail présenté à Marie-Josée Gaudreau
Cours 601-GQB-SL, Mythe et littérature, groupe 1
Cégep de Saint-Laurent – Le 18 octobre 2011

Écrite dans le berceau de la philosophie occidentale, la tragédie Œdipe Roi rédigée par Sophocle vers la fin du cinquième siècleavant notre ère est une pièce qui a influencée et continue d’influencer les philosophes. Comme le dit Jean-Joseph Goux : « la philosophie rest[e] déterminée par […] Œdipe » car Œdipe est en fait un « emblème du passage à une culture centrée sur l’homme » chez les grecs, sur une culture qu’amène la philosophie socratique. L’homme est donc le centre de cette pièce mais ce qui fait de celle-ci unetragédie, selon Sophocle, c’est le « fait que l'homme se trompe sur presque tout et d'abord sur lui-même ». On voit ici un lien avec le fameux «connais-toi toi-même» inscrit sur le fronton du temple d’Apollon à Delphes et qui fut repris et interprété par Socrate et maints philosophes après lui. Ce lien permet donc une approche philosophique du texte de Sophocle et cela notamment selon la philosophieexistentialiste. Si cette lecture est possible c’est parce que le personnage auquel la pièce doit son nom est identifiable aux philosophies développées par Sartre et Camus.

Le personnage d’Œdipe, présenté par Sophocle dans Œdipe Roi, est un être actif de par sa personne. Œdipe, dès le début de l’œuvre, fait tout son possible afin de trouver un moyen quelconque pour sauver Thèbes de la peste. Unepersonne indifférente et passive aurait attendu qu’une autre trouve la solution à cette épidémie et n’aurait pas cherché elle-même à aider ses concitoyens. Œdipe, quant à lui, ne veut pas attendre et se présente face à son peuple pour répondre à son appel d’aide : «Je n’ai pas cru dès lors pouvoir laisser à d’autres le soin d’entendre votre appel, je suis venu à vous moi-même» (l.5-7). Iln’attend pas d’aide, même des dieux, et empoigne le problème de ses propres mains en usant «sans retard» des «remède[s] qu[‘il] p[eut] […] découvrir» (l.17-18) à celui-ci. Cette volonté d’action afin de sauver ses citoyens de la mort, il l’a tient d’un idéal de fraternité qui consiste à ce que l’homme noble et vrai doit «aider les autres dans la mesure de sa force et de ses moyens» (l.3-4). Cette volonté,cependant, n’est pas poussée et ne doit pas être poussée par un vice. L’homme vrai qu’est Œdipe n’est poussé que par sa compassion et son devoir envers les autres. C’est un bon roi qui ne règne pas en égoïste mais qui ferait tout son possible afin de sauver son peuple, il en ressent même une telle douleur pour le malheur qui frappe son peuple que son cœur «gémit» (l.13) pour eux. Ce sentiment desympathie envers ses sujets est tel qu’Œdipe est si oublieux de sa personne devant eux qu’on imagine qu’il est prêt à donner même sa vie pour ses hommes comme il le déclare si bien en énonçant que « [leur] deuil à eux [lui] pèse plus que le souci de [sa] personne» (l.13-14). Bref, il est «prêt à tout faire» (l.10-11) pour les siens, pour les sauver, que cette action demande même sa mort il la fera.C’est pourquoi il reste fidèle à ses mots et que, lorsqu’il découvre que la peste sévit à cause de lui, il suit à la lettre la condamnation qu’il avait décrétée pour le coupable et ne tente aucunement de se défiler. C’est cette enquête sur lui-même, qui est aussi une enquête sur l’Homme, ainsi que le choix qu’il fait de se crever les yeux qui permet d’affirmer qu’« [Œ]dipe est existentialisteavant la lettre».

De par la droiture dont Œdipe fait preuve dans ses actions, il se rapproche autant de la vision de Jean-Paul Sartre de l’humaniste que de celle d’Albert Camus. Le personnage que présente Sophocle est un homme responsable selon la définition de Jean-Paul Sartre. Sartre, dans sa philosophie existentialiste, définit l’homme comme étant entièrement garant de son existence,...
tracking img