Sociologie classique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Première partie : La Sociologie classique

A. L’intérêt et les valeurs

L’INTERET

1. Machiavel (1469-1527)

Jusqu’au 15ème siècle, seules comptent les valeurs religieuses, la vraie vie est la vie éternelle. Les rois doivent les premiers donner l’exemple. Le 16ème siècle est profondément religieux-les guerres de religion en témoignent- mais Machiavel (Le Prince en 1527) va rompre aveccette vision des choses en ne donnant plus la primauté aux valeurs mais à l’intérêt.

L’intérêt du Prince est de ne pas être chassé du pouvoir. Pour s’y maintenir, il doit pouvoir s’écarter des valeurs, des principes de la religion. Le prince doit aussi maintenir l’Etat et les moyens qu’il emploiera, même s’il sera souvent contraint de s’écarter de la charité, de l’humanité, de la foi, serontjugés honorables.

Cette piste d’analyse (« le maintien ») perdurera à travers les siècles.
Cf. Marx (19ème s) : les capitalistes se doivent d’investir encore et encore s’ils ne veulent pas disparaître du marché
Cf. Weber (20ème s) : vu la prolifération des règles et règlements, ses contemporains, au contraire des Calvinistes du 16ème s qui prenaient des risques au nom des valeurs, deviennent desrouages d’une immense machinerie sociale, ne font que suivre leur intérêt qui est de s’adapter aux contraintes de l’organisation bureaucratique. Sinon, ils seraient éliminés de la scène économique.

Machiavel ne cherche plus ce que doit faire l’homme fils de Dieu mais ce qu’il fait réellement concrètement dans sa vie de tous les jours. C’est la naissance des sciences sociales basées surl’observation.

Pour lui l’homme est méchant sauf si quelque nécessité le conduit à être bon. Suivre son caractère et ignorer les circonstances revient à se vouer à l’échec (ex. Jules II qui a toujours suivi son caractère volcanique a échoué). Les comportements humains sont des moyens que l’on a médités, calculés, pour atteindre ses objectifs. L’acteur social est en alerte, il suit l’évolution de lasituation et ne cherche pas comme César Borgia à plier celle-ci à ses attentes.

Il y a 2 manières de combattre, avec la force (= les bêtes) et avec les lois (= les hommes), cependant cette dernière, très souvent, ne suffit pas et il faut recourir à la première. L’une sans l’autre n’est pas durable. Si la ruse (il faut être un grand dissimulateur) paie plus, elle ne peut se passer de la force. Lanature des peuples est changeante, aussi faut-il être organisé de façon que lorsqu’ils ne croiront plus, on puisse les faire croire de force.
Ex. Savonarole (15ème siècle) : moine qui a entrainé les Florentins dans la reconstruction morale de leur cité et qui a fini au bûcher.
Les prophètes armés triomphèrent et les désarmés s’effondrèrent.

Le caractère de l’homme est à relier auxcaractéristiques de la situation.

La ruse n’est pas avant tout le moyen de conquête de pouvoir, elle est le seul moyen par lequel l’homme peut garder sa condition en l’état. Cette logique vaut aussi pour les peuples.
Ex. Rome, en tant que République, ne veut pas la guerre de conquête mais sera impérialiste.

La nécessité dirige souvent vers un but où la raison était loin de conduire.

2. Thomas Hobbes(1588-1679)

Machiavel scrutait le seul Prince, Hobbes se penche sur l’homme en général. On commence à découvrir qu’il y a des gens qui comptent au-delà du cercle restreint du pouvoir. Le peuple n’est plus perçu comme dépendant automatiquement de ses notables mais il s’agit du Tiers-Etat (futures classes moyennes), pas du peuple « vil et grossier ».

L’intérêt est lié à la survie. Les hommesvont conférer à l’Etat (nouveau Léviathan) la mission de sécurité. L’Etat est un moyen calculé d’éviter la mort.

L’homme est un loup pour l’homme.

La leçon de Machiavel est étendue au « peuple ».

3. La Rochefoucault (1613-1680)

L’intérêt joue toutes sortes de personnages, même celui de désintéressé.
// pensée des années 60-70 méfiante à l’égard de toutes les formes d’altruisme...
tracking img