Influences génétiques et psychosociales sur le développement cognitif: une question d'interactions

Pages: 15 (3526 mots) Publié le: 24 février 2011
Franck Ramus Chargé de recherches au CNRS Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique (EHESS/CNRS/DEC-ENS)

Influences génétiques et psychosociales sur le développement cognitif : une question d’interactions
Article paru dans Le Journal des psychologues n°251, Octobre 20071

Les neurosciences et la psychanalyse présentent des désaccords persistants sur la question des causes dela plupart des troubles du développement cognitif. La première approche met en évidence des facteurs biologiques, la seconde privilégie les facteurs relationnels et plus généralement psychosociaux. Cette différence dans les facteurs étudiés ne constitue pas a priori une contradiction, dans la mesure où les troubles considérés sont, sans aucun doute, d’étiologie complexe et peuvent être influencésà la fois par des facteurs biologiques et par des facteurs psychosociaux. Dans cet article, je propose d’examiner quelques cas bien établis d’interaction entre facteurs génétiques et psychosociaux, et de m’en servir pour tenter de désamorcer quelques critiques fréquemment émises à l’encontre du programme de recherche et des résultats des sciences cognitives, des neurosciences et de la génétique.Pour commencer, considérons la critique traditionnelle selon laquelle les neurosciences négligent délibérément les facteurs psychosociaux. On pourrait aussi aisément reprocher à la psychanalyse et à toutes les sciences sociales leur négligence délibérée des facteurs biologiques. Or, il n’y a lieu de le reprocher ni aux unes ni aux autres. La démarche scientifique impose d’étudier les problèmessimples avant les problèmes complexes, les facteurs pris isolément avant de les étudier en interaction. Les neurosciences, comme les sciences sociales, se focalisent légitimement sur les effets de facteurs bien spécifiques, qu’ils soient biologiques ou sociaux. Ne pas prendre en compte les autres types de facteurs ne relève pas de l’ignorance ou de la sous-estimation de leurs effets, il s’agitsimplement d’une neutralisation méthodologique, sans laquelle tout travail scientifique est impossible. Bien entendu, la plupart des scientifiques estiment que les facteurs sociaux, tout comme les facteurs biologiques, sont importants, et agissent de concert sur l’individu. C’est bien cette vision qui sous-tend les études d’héritabilité (familiales, de jumeaux, ou d’adoption), qui, contrairement aux idéesreçues, ne se focalisent pas que sur la génétique : elles visent à quantifier la part respective des facteurs génétiques et non génétiques dans la variation des phénotypes. Dire que l’héritabilité de la dyslexie est d’environ 60 %, c’est équivalent à dire que les facteurs non génétiques expliquent 40 % de la variance, ce qui est tout à fait considérable. Les chiffres bruts sont à prendre avec despincettes, mais l’influence réelle des deux types de facteurs reste incontestable. Les résultats récents de la génétique moléculaire ont largement confirmé la pertinence des données d’héritabilité, en mettant directement en évidence de nombreux gènes, dont des variations sont associées aux troubles développementaux (Brookes et al., 2006 ; Persico & Bourgeron, 2006 ; Ramus, 2006 ; Smith, 2007).La présente version est très légèrement modifiée par rapport à la version publiée, et a bénéficié des commentaires de Baudouin Forgeot d’Arc.
1

Ces gènes n’auraient pas pu être découverts sans temporairement ignorer les facteurs sociaux. De même que des facteurs sociaux influençant les mêmes troubles n’auraient pas pu être découverts sans ignorer les facteurs biologiques. Maintenant que lesrecherches ont suffisamment avancé et que des facteurs précis ont été identifiés dans les deux domaines, il est permis de poser la question, plus complexe, de l’action conjointe des facteurs biologiques et sociaux. En particulier, les effets de ces différents facteurs sont-ils simplement additifs, ou bien interagissent-ils (au sens statistique du terme) ? Dans ces études dites « d’interaction...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le développement cognitif
  • Le développement cognitif
  • Le développement cognitif
  • Développement cognitif de l'enfant
  • Dessin et développement cognitif
  • Développement cognitif de l'adolescent
  • développement psychosocial du sujet
  • Le rôle du père dans le développement cognitif de l'enfant

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !