Abraham Lincoln : L’homme qui rêva l’Amérique

par

La ruse politique de Lincoln

À travers la lecture de cette œuvre, le lecteur peut accéder
à une compréhension plus approfondie d’Abraham Lincoln : l’homme à
l’irréprochable conduite, l’homme de famille qui a dû faire face à de lourds
tourments dans sa vie familiale, mais surtout il fait mieux la connaissance de
l’homme politique. Lincoln était un homme affable, aimable et sympathique selon
tous les dires. Il était d’origine modeste et à ce titre, il se montrait
souvent humble et mélancolique. Cet état des choses a conduit bien des
personnes à sous-estimer son talent politique.

« Les
perspectives comparées suggèrent des interprétations différentes. Lorsque l’on
observe les efforts infructueux de ses rivaux, il paraît évident que Lincoln
remporta la nomination parce qu’il était le plus sagace et astucieux d’entre
tous. Plus habitué à ne compter que sur lui-même pour influencer les
événements, il obtint un plus grand contrôle sur le processus conduisant à la
nomination, faisant preuve d’une ambition féroce, d’un exceptionnel flair
politique, et d’une grande variété de forces émotionnelles, forgées dans le
creuset de ses difficultés personnelles, qui prit tous ses rivaux au dépourvu. »

“The comparative perspective
suggests a different interpretation. When viewed against the failed efforts of
his rivals, it is clear that Lincoln won the nomination because he was
shrewdest and canniest of them all. More accustomed to relying upon himself to
shape events, he took the greatest control of the process leading up to the
nomination, displaying a fierce ambition, an exceptional political acumen, and
a wide range of emotional strengths, forged in the crucible of personal
hardship, that took his unsuspecting rivals by surprise.”

La décision d’intégrer ses rivaux les plus en vue à son
cabinet présidentiel était une manœuvre hautement politique. Non seulement lui
permettait-elle de paraître confiant en ses propres aptitudes, mais également
de contrôler l’ensemble du Parti et de la coalition républicaine. Les membres
du cabinet de Lincoln représentaient les tendances d’alors du parti, en partant
des radicaux, en passant par les conservateurs et jusqu’aux membres du Liberty
Party. Lincoln se donnait l’opportunité en nommant ses rivaux d’entretenir des
canaux directs pour s’adresser et interagir avec toutes les branches du Parti républicain
et même des démocrates.

Cependant, ce génie politique était toujours doublé de
bonnes intentions. En nommant ces hommes dont il avait l’intention de se
servir, Lincoln déclarait : « Nous
avions besoin des hommes les plus puissants du parti dans le Cabinet. Nous
avions besoin de conserver l’unité des nôtres. J’avais observé le parti et
conclu que ces hommes étaient les plus puissants. Je n’avais alors pas le droit
de priver le pays de leurs services. »

“We needed the strongest men
of the party in the Cabinet. We needed to hold our own people together. I had
looked the party over and concluded that these were the very strongest men.
Then I had no right to deprive the country of their services.”

Ainsi, le sens politique de Lincoln était admirable, car il
permettait à l’homme de conduire une politique saine pour la nation, une
politique dont la méthode était de réunir les meilleurs talents autour d’une
même cause.

Il est presque inconcevable d’allier droiture morale et
génie politique, mais dans le cas de Lincoln, le mélange était bel et bien réel
et c’est certainement ce qui fait de lui, aujourd’hui encore, l’un des
présidents les plus populaires des États-Unis. Il est intéressant de constater,
comme le souligne Doris Kearns Goodwin dans son œuvre, que les rivaux nommés
par Abraham Lincoln sont également devenu extrêmement populaires à leurs
postes, devenant les meilleurs Secrétaire d’État (Seward), Secrétaire au Trésor
(Chase) et Secrétaire à la Guerre (Stanton) de tous les temps. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La ruse politique de Lincoln >