Alice au pays des merveilles

par

La perte de l’innocence de l’enfance

En pénétrant au Pays des Merveilles, Alice va immédiatement se trouver confrontée à une véritable crise d’identité. En effet, elle subit de nombreuses métamorphoses physiques qui la perturbent, perd le savoir scolaire qu’on lui a inculqué dans le vrai monde et qu’elle aimerait mettre à profit ici pour mieux comprendre les situations irrationnelles qu’elle traverse. Le paradoxe entre le monde dont elle est issue – un univers réglé, cadencé, dans lequel le bonheur et la simplicité de la vie passent par l’obéissance aux règles et aux bonnes manières –, et ce monde qui, en apparence, semble déluré et source de discorde et de zizanie, symbolise de manière flagrante la désillusion de l’enfant se trouvant livré au monde réel. Alice est seule pour affronter toutes les bizarreries de ce monde, tous les éléments incompréhensibles et les personnages étranges auxquelles elle se voit confrontée.

Dans ce monde irrationnel et cauchemardesque, aux antipodes de l’ordinaire bien réglé que connaît la jeune fille, elle va devoir abandonner une part de son enfance pour grandir et tenter de comprendre qui elle est dans ce monde sans règles scientifiques ni morales. Si la jeune fille se montre si désemparée face au monde du Lapin Blanc, du Chapelier et des autres personnages dont elle croise la route durant son voyage, c’est que chacun incarne à sa manière une façon bien spécifique de la détourner des idéaux moraux dans lesquels elle a grandi. Pour elle, petite fille de bourgeois anglais,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La perte de l’innocence de l’enfance >

Dissertation à propos de Alice au pays des merveilles