Alice au pays des merveilles

par

La perte de l’innocence de l’enfance

En pénétrant au Pays des Merveilles, Alice va immédiatement setrouver confrontée à une véritable crise d’identité. En effet, elle subit denombreuses métamorphoses physiques qui la perturbent, perd le savoir scolairequ’on lui a inculqué dans le vrai monde et qu’elle aimerait mettre à profit icipour mieux comprendre les situations irrationnelles qu’elle traverse. Leparadoxe entre le monde dont elle est issue – un univers réglé, cadencé, danslequel le bonheur et la simplicité de la vie passent par l’obéissance auxrègles et aux bonnes manières –, et ce monde qui, en apparence, semble déluréet source de discorde et de zizanie, symbolise de manière flagrante ladésillusion de l’enfant se trouvant livré au monde réel. Alice est seule pouraffronter toutes les bizarreries de ce monde, tous les élémentsincompréhensibles et les personnages étranges auxquelles elle se voitconfrontée.

Dans ce monde irrationnel et cauchemardesque, aux antipodesde l’ordinaire bien réglé que connaît la jeune fille, elle va devoir abandonnerune part de son enfance pour grandir et tenter de comprendre qui elle est dansce monde sans règles scientifiques ni morales. Si la jeune fille se montre si désemparéeface au monde du Lapin Blanc, du Chapelier et des autres personnages dont ellecroise la route durant son voyage, c’est que chacun incarne à sa manière unefaçon bien spécifique de la détourner des idéaux moraux dans lesquels elle agrandi. Pour elle, petite fille de bourgeois anglais, tout ce qui a trait àl’imaginaire et à l’irrationnel est foncièrement mauvais. En étant donc ainsiconfrontée à un monde où la folie semble régner en maître, elle doit parvenir às’adapter en sollicitant sa formidable capacité à communiquer avec son entourage.C’est dans le dialogue, et dans la curiosité de trouver des réponses qu’elleparvient à découvrir la véritable nature des personnages qui lui apparaissentau départ comme complètement fous. Elle parvient à découvrir de la sagesse eneux là où d’autres ne verraient que déraison.

Le conte exprime donc la croissance à la fois psychologiqueet physiologique d’Alice, qui devient une adolescente en passant par lapuberté, traduite par les nombreux changements de taille qu’elle subit.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La perte de l’innocence de l’enfance >