Alice au pays des merveilles

par

Résumé détaillé

Chapitre 1

Alice se trouve dans un jardin avec sa grande sœur, laquelle lui lit un livre qui ne l’intéresse pas. Alice laisse donc son esprit vagabonder. Soudain, un lapin blanc passe en courant non loin d’elle. Elle décide alors de se lancer à sa poursuite et le voit entrer dans un grand terrier ; téméraire, elle l’y suit. S’ensuit alors une longue chute dans un long tunnel avant qu’elle ne touche le sol. Alice reprend ses esprits et se retrouve dans une pièce devant plusieurs portes fermées mais bien trop petites pour elle. Elle trouve une petite clé sur une table qui ouvre l’une des portes par laquelle elle aperçoit un magnifique jardin. Cependant, Alice est bien trop grande pour y accéder ! Elle repose la clé et aperçoit alors une petite bouteille avec l’indication « Bois-moi », chose qu’elle fait. Alice rétrécit soudainement ; du haut de ses vingt centimètres, elle pourrait désormais passer par la porte… mais elle a oublié la clé sur la table ! Elle se sent prise au piège et se met à pleurer.

 

Chapitre 2

Alice trouve un gâteau sur lequel est inscrit « Mange-moi » ; elle s’exécute, non sans quelques interrogations, mais elle grandit subitement. Elle devient même très grande, si grande qu’elle remplit la pièce de son corps. Elle devient alors très triste et pleure de plus en plus, si bien qu’une mare de larmes se forme autour d’elle. Le lapin blanc apparaît de nouveau, Alice lui parle mais il prend peur : il se sauve en oubliant ses gants. Elle se sent désemparée, tente de se changer les idées, puis se rend compte, à un moment, qu’elle a rapetissé. Elle se précipite alors vers le jardin mais la mare de larmes l’emporte, tel un torrent. Alice se met à nager, de nombreux animaux se trouvent alors à ses côtés sans qu’elle ne sache d’où ils viennent. Une souris – qui s’offusque lorsqu’Alice lui parle de sa chatte Dinah – la conduit vers la rive. Là elle rencontre « un Canard et un Dodo, un Lori et un aiglon et plusieurs autres créatures bizarres ».

 

Chapitre 3

Alice se trouve ainsi au milieu d’entre eux, tous sont trempés et cherchent une idée pour se sécher. La souris dit qu’elle peut raconter une histoire qui va leur permettre de sécher mais personne ne comprend et cela ne marche pas ; elle arrête donc. Le Dodo a une idée, il propose de faire une « course au Caucus » : tout le monde se met à courir et sèche alors rapidement. Une fois la course terminée, ils se demandent qui a gagné. Ils conviennent qu’ils sont tous vainqueurs mais Alice doit alors distribuer une récompense à chacun, ce qu’elle fait avec ce qu’elle trouve dans ses poches. Elle demande ensuite à la souris de terminer son histoire ; celle-ci la reprend mais comme elle pense qu’Alice ne l’écoute pas, elle s’arrête et s’en va, laissant la petite fille toute seule.

 

Chapitre 4

Alice entend alors du bruit ; c’est le lapin blanc qui passe, cherchant après ses gants. Alice le suit, il lui demande d’aller chercher ses gants tout en l’appelant Marianne – il la prend pour sa domestique. Elle entre alors dans la maison du lapin, trouve ce qu’il faut mais elle voit aussi une petite bouteille et boit son contenu. Soudainement, Alice grandit démesurément, surtout en comparaison de la petite maison du lapin, si bien qu’elle se trouve coincée et doit alors passer un bras par la fenêtre et mettre un pied dans la cheminée. Le lapin se fâche, appelle son serviteur pour qu’il intervienne. C’est finalement Bill le lézard qui est désigné pour descendre dans la cheminée mais Alice lui donne un coup de pied. Les animaux, attirés par la situation, décident de mettre le feu à la maison ; ils lui jettent des pierres, lesquelles se transforment en gâteaux. Alice en mange un, rétrécit de nouveau et se sauve dans les bois pour s’y cacher.

 

Chapitre 5

Alice cherche alors quelque chose à manger pour reprendre sa taille normale. Dans la forêt, elle rencontre une chenille posée sur un champignon, fumant tranquillement un calumet. La chenille demande à Alice qui elle est mais celle-ci ne le sait plus trop. La chenille lui demande des explications mais elle s’avère incapable d’en donner, perdue dans cet univers si différent de ce qu’elle connaît. La chenille lui propose alors de réciter une poésie ; Alice se prête volontiers à l’exercice mais elle perd la mémoire… Elle confie alors à la chenille qu’elle souhaite changer de taille, et celle-ci lui indique qu’un côté du champignon où elle est installée la fera grandir, l’autre rapetisser. Elle tente alors l’expérience : la première bouchée la fait rétrécir si vite qu’elle a peur de disparaître ; le second morceau fait que son cou seul grandit ; elle se retrouve dans les arbres et un oiseau l’attaque, la prenant pour un serpent. À force d’essais, Alice parvient néanmoins à retrouver la taille désirée.

 

Chapitre 6

Alice aperçoit une petite maison. Elle hésite à s’approcher, un peu fatiguée de ces expériences loufoques qu’elle a vécues depuis son arrivée dans le jardin. Elle voit alors un valet à tête de poisson frapper à la porte de la maison, auquel un valet à tête de grenouille ouvre. Le premier valet apporte une invitation pour la Duchesse qui habite ici, dans laquelle la Reine la convie à une partie de croquet. Alice tente alors de frapper à la porte, mais le valet l’informe que c’est inutile puisque la porte est ouverte. Elle rentre alors dans la maison où elle est témoin d’une situation qui semble absurde : une cuisinière prépare une soupe au poivre, et jette de la vaisselle à la tête de la Duchesse qui berce un bébé. Cette dernière le confie à Alice qui sort de peur qu’il ne reçoive un objet et se blesse. Le bébé se transforme alors en cochon, et Alice le laisse s’enfuir dans la campagne. Elle rencontre ensuite le chat du comté de Chester – qu’elle avait déjà aperçu chez la Duchesse –, assis sur une branche d’arbre. Elle lui demande son chemin, et le félin lui indique différentes directions à la fois. Alice se dirige alors vers la maison du Lièvre de Mars.

 

Chapitre 7

Alice se rapproche de la maison et entend du bruit dans le jardin. Trois personnages sont en train de prendre le thé : le Lièvre de Mars, le Chapelier Fou et le Loir. Ils tiennent des conversations sans queue ni tête, lancent des devinettes absurdes, se servent du thé de nombreuses fois sans trop prêter attention à ce qu’ils font, fêtent un improbable « non-anniversaire », qui survient trois cent soixante-quatre jours par an. Alice décide de partir tandis que le Chapelier tente de mettre le loir dans une théière. Énervée, Alice prend congé de cette étrange assemblée ; elle remarque une porte dans un arbre et la franchit. Elle se retrouve dans la pièce du premier chapitre, et cette fois, elle parvient à entrer dans le jardin merveilleux sans encombre.

 

Chapitre 8

Dans un superbe jardin, Alice rencontre trois jardiniers – qui ont la forme de cartes à jouer – et dont l’activité principale est de peindre des rosiers : en effet ils peignent les roses blanches en rouge.

La Reine fait alors irruption dans le jardin, accompagnée de son mari, le Roi de cœur, de leurs enfants et de leurs courtisans – tous ont la forme de cartes à jouer. Elle aperçoit les jardiniers et Alice, à qui elle demande de se présenter, puis elle menace de leur couper la tête d’un ton autoritaire. Finalement, une partie de croquet commence : elle peut sembler très étrange puisque les boules sont des hérissons, les maillets des flamants roses et les arceaux des soldats de la Reine. Alice croise ensuite le chat de Chester qui fait son apparition dans le jardin ; la Reine les aperçoit et ordonne qu’on coupe la tête du chat. Cependant, le chat ne laisse pas apparaître son corps – il devient donc difficile au bourreau d’obéir à la Reine…

 

Chapitre 9

Alice retrouve ensuite la Duchesse et elles ont une conversation. La Reine intervient, elle présente un Griffon à Alice et lui propose de rencontrer la simili-Tortue qui raconte à Alice son enfance.

 

Chapitre 10

La discussion continue, Alice semble s’être habituée à toutes ces choses si différentes de son univers. Le Griffon et la Tortue décident de lui expliquer comment on danse le « quadrille deshomards ».  Alice leur raconte sa chute dans le terrier du lapin blanc puis la Tortue commence à chanter. Cependant, ils sont interrompus par l’annonce lointaine d’un procès.

 

Chapitre 11

Alice va voir ce qu’il se passe : un procès est tenu afin de juger un valet de cœur qui est accusé d’avoir volé les tartes de la Reine. Un tribunal se constitue : le lapin blanc réapparaît alors et tient le rôle de greffier ; le Roi fait office de juge ; certains animaux constituent un jury tandis que d’autres personnages comme le Chapelier Fou, le Lièvre ou encore le Loir sont appelés comme témoins. Un drôle de procès commence alors, et Alice elle-même est appelée pour témoigner.

 

Chapitre 12

Alice est interrogée par le Roi tandis qu’elle est en train de reprendre sa taille normale. Elle trouve le procès absurde et s’énerve de plus en plus. Elle renverse alors le banc des jurés, choquant les personnages alentour. Elle est alors accusée de quelque chose mais on ne parvient pas à définir de quoi elle est responsable. La Reine décide alors, comme à l’accoutumée, de lui faire couper la tête. Alice, forte de sa grande taille, montre qu’elle n’a pas peur d’un jeu de cartes. Elle se réveille soudain tandis que des feuilles, provenant de l’arbre sous lequel elle se trouve, lui tombent dessus. Sa tête repose sur les genoux de sa grande sœur qui continuait de lui lire son histoire. Alice raconte alors son drôle de rêve avant que sa sœur ne lui annonce qu’il est l’heure du thé.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé détaillé >