Alice au pays des merveilles

par

Le rêve

Le rêve que fait Alice est un mélange d’absurde, de cauchemar, de folie plus ou moins douce et de déraison dans lequel elle se débat pour trouver sa voie.

Le rêve paraît avoir plus d’importance que le réel dans l’histoire : même si Alice continue d’avoir des pensées tournées vers son propre monde et à mettre en relation ce nouveau monde qu’elle découvre avec sa vie ordinaire, le rêve est finalement omniprésent. Alice glisse dedans avec un naturel et une facilité incroyables au début du roman puisqu’on ne sait pas, au commencement, qu’elle s’est endormie. La petite fille est en train de s’interroger sur l’éventualité de ramasser des marguerites lorsque le Lapin Blanc fait irruption dans le roman : « Elle s’était mise à réfléchir, (tant bien que mal, car la chaleur du jour l’endormait et la rendait lourde,) se demandant si le plaisir de faire une couronne de marguerites valait bien la peine de se lever et de cueillir les fleurs, quand tout à coup un lapin blanc aux yeux roses passa près d’elle. » Il est donc vrai qu’une atmosphère de sommeil plane sur Alice, mais ses pensées éveillées semblent déjà avoir trait à l’amusement et à la rêverie : il est donc difficile d’établir une frontière entre rêve endormi et monde de ses pensées.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le rêve >

Dissertation à propos de Alice au pays des merveilles