Axël

par

Résumé

En cette journée de l’année 1828, l’abbaye de Sainte-Apollodora,dans la Flandre française, s’apprête à recevoir les vœux d’une nouvelle nonne.Il s’agit de Sara de Maupers, qui est aujourd’hui âgée de vingt-trois ans.

Elle est entrée dans les murs du cloître à l’âge de septans, et depuis cet âge tendre toute son éducation n’a eu qu’un but : cettejournée. Cependant, briser cette âme rebelle n’a pas été sans mal. La supérieurea dû avoir recours à d’extrêmes mesures, comme les privations, lesmortifications, le cachot même, pour briser en Sara tout désir de rébellion.Mais le moment est enfin venu, et Sara de Maupers va devenir sœur Emmanuèle enDieu.

Sans l’ombre d’une hésitation, Sara a signé le documentqui lui fait renoncer à ses biens terrestres, et les biens terrestres del’héritière des Maupers sont vastes. C’est la communauté religieuse qui enhéritera. Examinant les parchemins ancestraux, la supérieure et l’archidiacrese félicitent de la tournure qu’ont pris les choses. Cependant, le blason desMaupers retient leur attention : il leur indique que Sara est apparentée àune famille noble autrichienne, les Auerspërg, dont la demeure, d’après lalégende, abriterait un fabuleux trésor. C’est l’occasion de se remémorer ungoût étrange de Sara pour les écrits occultes des Rose-Croix, dont la lecturelui a sans doute permis d’acquérir un savoir que bien d’autres n’ont pas. Ilfaudra à l’avenir étroitement surveiller la jeune femme.

Les heures ont passé, le moment est venu. Comme le veutl’usage, on célèbre la messe des morts pour dire adieu à Sara et accueillirEmmanuèle, nouvelle épouse du Christ. Il lui est demandé si elle accepte laLumière, l’Espérance et la Vie. Pourtant, à la question rituelle, Sara répondnon. Elle refuse de prononcer ses vœux. Pour faire cesser ce scandale,l’archidiacre décide que quelques jours de cachot lui feront le plus grandbien. Mieux : au lieu du cachot, qu’elle soit enfermée dans une tombeauprès de saintes reliques. Calmement, Sara s’empare d’une hache, menacel’archidiacre et l’enferme dans le tombeau, puis disparaît.

La scène se transporte au château d’Auerspërg. Le lieuest austère, ancien, glacial. Les candélabres peinent à éclairer la vaste etsinistre pièce, qu’un feu dans la cheminée ne parvient pas à réchauffer. Encette nuit où l’orage menace, trois vieux serviteurs parlent, et méditent surleur jeune maître Axël d’Auerspërg, un vigoureux jeune homme de vingt-trois ansqui passe des journées à chasser le loup dans les forêts qui couvrent sondomaine. Mais là n’est pas leur souci : Axël est sous l’influence d’unhomme étrange, Maître Janus, qui l’initie à de bien étranges choses. Ce MaîtreJanus est un personnage impénétrable, pas méchant, non, mais glaçant.

La conversation va bon train quand arrive le CommandeurKaspar d’Auerspërg, un parent d’Axël. Celui-ci ne comprend pas pourquoi Axël seterre dans son lugubre logis ancestral au lieu de se rendre à la cour pour ytrouver la carrière que son nom illustre lui promet. Survient Herr Zacharias,un très vieux serviteur, qui apprend au Commandeur une chose stupéfiante :au cours des guerres contre Napoléon, le père d’Axël a caché dans le châteauune immense fortune que les autorités lui avaient confiée. Kaspar caresse alorsle rêve de s’emparer de cette fortune. Mais Axël rentre de la chasse. Il reçoitcourtoisement son parent, partage un fin repas avec lui, sans daigner répondreaux adjurations de celui-ci : quitter le château et se débarrasser deMaître Janus. Les choses en seraient restées là mais Axël apprend que le secreta été trahi et que Kaspar sait que le trésor existe. Il le provoque alors enduel et le tue. Un personnage silencieux, dissimulé dans la pénombre, a assistéà la scène : Maître Janus.

Ce dernier s’adresse alors à son disciple : le jeunehomme est prêt pour l’Épreuve suprême, qui lui permettra de devenir un espritsublime et d’abandonner ce corps qui n’est qu’une besace. Cependant, Axëlhésite, car abandonner l’humanité est une chose difficile. Maître Janusl’avertit : il attend encore, mais si Axël ne se décide pas, lui, MaîtreJanus, le quittera. Il lui pose alors la même question que celle qui a étéadressée à Sara : accepte-t-il la Lumière, l’Espérance et la Vie ?Après mûres réflexions, Axël refuse. Janus prend alors congé.

Sur ces entrefaites, une femme se présente au château :c’est Sara. Elle est introduite dans la grande salle où se trouve Axël qui nela voit pas : le Voile – Sara – et le Manteau – Axël – tous deux renonçant,se sont croisés. L’Œuvre s’accomplit.

Dans la galerie des sépultures, sous le regard vide deshautes statues ancestrales, les fidèles serviteurs d’Axël ensevelissent leCommandeur. Leur jeune maître survient et leur fait ses adieux : il vaquitter le château. Une fois les serviteurs partis apparaît Sara, toute de noirvêtue, qui se dirige vers une sculpture représentant les armoiries de lafamille. Sous le regard d’Axël, elle introduit la lame de son poignard entreles yeux du crâne héraldique. Le mur s’ouvre et une galerie apparaît, delaquelle s’écoule un flot de pierreries, diamants, bijoux, perles, suivis d’untorrent d’or. Elle se retourne et voit alors Axël qui l’observe : elles’empare des deux pistolets qu’elle porte à la ceinture et lui tire dessus, leblessant légèrement. Il bondit, la terrasse, mais ne la tue pas : lasublime beauté de la jeune femme arrête son bras. Ils parlent, et sereconnaissent comme frère et sœur rosicruciens, et l’amour brûle entre eux. Ilsmettent leurs âmes à nu. La vie les appelle, disent-ils, mais la vie terrestreest un leurre qui ne sera jamais à la hauteur de la grandeur de leurs rêves.Nul besoin d’or et de richesses matérielles pour s’élever. Ils décident derenoncer à ce qui les entoure et partagent une coupe de poison. Les ténèbresenvahissent alors la scène.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >