Balzac et la Petite Tailleuse chinoise

par

L’absence de liberté

Les garçons envoyés en rééducation le savent : la liberté dont ils jouissaient dans leur ancienne vie est terminée. Le choix de partir ou non à la campagne ne leur appartient pas, et une fois sur place, ils doivent faire tout ce qu’on leur dit, car ils risquent de lourdes sanctions. Certains n’ont aucun espoir de quitter l’endroit où ils sont envoyés ; ils sont donc contraints physiquement de rester dans une zone attribuée et ne peuvent se rendre en ville ou revoir leurs parents.

Ils sont aussi psychologiquement privés de liberté : ils ne peuvent pas lire ce qui leur plaît, se cultiver, ni écouter de la musique. Ils sont cantonnés aux divertissements locaux ou imposés par le pouvoir, et n’ont aucune alternative si ce n’est celle de cultiver leur don personnel. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’absence de liberté >

Dissertation à propos de Balzac et la Petite Tailleuse chinoise