Balzac et la Petite Tailleuse chinoise

par

La force des livres, l’influence du savoir

Grâce à la valise qu’ils découvrent, Ma et Luo vont se rendre compte que le pouvoir des livres peut changer beaucoup de choses. Ils s’ouvrent à une toute nouvelle forme de savoir et de culture, qui jusqu’alors leur était inaccessible : « Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. » En lisant les œuvres de Balzac, ils sont mis en présence d’une vision du monde complètement différente de celle qu’ils connaissent, ils apprennent ce qu’est une femme, et comment se comporter avec elle : « Balzac lui a fait comprendre une chose : la beauté d'une femme est un trésor qui n'a pas de prix. »

Mais ils apprennent aussi comment la littérature peut changer la vie d’une personne. En effet, en faisant découvrir Balzac et la littérature à la Petite Tailleuse, ils lui font entrevoir une autre vie possible, un autre univers où les femmes peuvent changer, vivre par elles-mêmes et découvrir la ville et le monde : « Après que je lui ai lu le texte de Balzac mot à mot, me raconta-t-il, elle a pris ta veste, et l'a relu toute seule, en silence. On n'entendait que les feuilles grelotter au-dessus de nous, et un torrent lointain couler quelque part. Il faisait beau, le ciel était bleu, un bleu d'azur paradisiaque. À la fin de sa lecture, elle est restée la bouche ouverte, immobile, ta veste au creux des mains, à la manière de ces croyants qui portent un objet sacré entre...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La force des livres, l’influence du savoir >

Dissertation à propos de Balzac et la Petite Tailleuse chinoise