Boris Godounov

par

Commentaire sur le moderne et censure

Cette société de faux-semblants n’a pas qu’un peu à voir avec la société où vit Pouchkine. La censure a de multiples raisons de rejeter la pièce, complétée en 1825, et publiée en 1831 seulement.

En 1825, le tsar Alexandre I meurt aux confins de l’Empire, en Sibérie, et cette disparition suscite une crise constitutionnelle. L’héritier présomptif, Constantin, frère de l’empereur défunt, refuse d’accéder au trône ; selon les lois de la succession c’est donc le deuxième frère, Nicolas, qui lui succède. Mais malgré ses désirs, Constantin, réputé libéral (ce qui expliquerait son choix de ne pas accepter la couronne), est appuyé par bon nombre de membres de la classe des officiers et des gradués des universités qui désirent voir un assouplissement de la rigidité conservatrice du monde russe et qui ont peur des tendances autoritaires de Nicolas. Ce dernier, militaire de la tête aux pieds, n’est pas particulièrement intelligent, mais il est mû par un sens inné du devoir, il est conservateur et autocrate de nature, et ne désire pas devenir tsar mais ne voit aucun autre possibilité. Il réprimera de façon sanglante la tentative de coup d’État que feront à Saint-Pétersbourg les officiers. C’est ladite insurrection décembriste. Matée aux balles et aux baïonnettes, elle est suivie par une série de pendaisons et d’exils. Nicolas Ier s’impose par la force, et instaure ce que craignaient les décembristes, le plus réactionnaire gouvernement d’Europe. Une discipline militaire s’impose à travers le pays, seule forme de gouvernement que Nicolas comprend, et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Commentaire sur le moderne et censure >

Dissertation à propos de Boris Godounov