Ce qui fut sans lumière

par

Conclusion

            Les poèmes de ce recueil sont très intimistes et mystérieux, convoquantplusieurs dimensions à la fois pour traduire l’expérience du poète seul face àlui-même dans la vallée. On ne peut guère qu’hasarder des hypothèses, destentatives d’explication de ces textes qui demeurent néanmoins intensémentpersonnels et presque lacunaires. La nature est ici à la fois un thème et unmoyen pour le poète de se retrouver. En un sens, il est, comme ces cheminsqu’il décrit longuement, « bouddhiste sans le savoir ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >