Consuelo

par

VOLUME 2

Consuelo demande à Zdenko de la mener à Albert, malgré leurs difficultés de communication. Elle échoue d’abord. Mais en refaisant le chemin indiqué par Zdenko, elle découvre qu’elle s’était trompée à une bifurcation. Elle s’enfonce alors dans les grottes de la colline, toujours à la recherche d’Albert.

         Elle le trouve enfin. Un long dialogue s’ensuit. Albert est totalement aveuglé par la folie et par la culpabilité ; Consuelo essaie de le rassurer. Épuisée, elle finit par tomber de fatigue.

         Quand elle se réveille, Albert est exalté et veut l’épouser. Elle refuse mais lui promet une amitié fidèle. Il accepte, et jure d’être à jamais « son frère et son serviteur ».

         Elle parvient également à le persuader de sortir de sa grotte et de ne plus jamais y revenir. Albert lui révèle alors qu’il la connaît depuis plus longtemps qu’elle ne le croit. Il l’aime et la chérit de loin, depuis qu’elle est enfant.

         Ils rentrent enfin et, chacun dans sa chambre, Albert et Consuelo dorment d’un sommeil profond.

         Pendant qu’ils dorment, la famille constate qu’Albert est rentré ; ils en sont très heureux. On essaie de réveiller Consuelo pour fêter cela, mais elle ne réagit pas. On en déduit qu’elle est malade. Albert et sa famille discutent, avec difficulté cependant. Albert s’endort dans l’angoisse, car il sent que Consuelo ne va pas bien.

         Consuelo est perdue dans une sorte de coma. Albert pense savoir comment la sauver. Il ordonne qu’on lui fasse une saignée. Le docteur refuse, mais Albert le fait quand même, puis il s’enferme dans sa chambre avec elle.

         Albert finit par la faire sortir de son état moribond, malgré la perplexité de sa famille devant ses méthodes. Consuelo et Albert semblent être unis par un lien mystique. Ils se rapprochent considérablement.

         Tandis que la maison regagne en sérénité après toutes ces péripéties, voilà qu’un nouveau rebondissement survient : Anzoleto, tout pimpant, arrête son cheval près de la maison et souhaite demander l’hospitalité.

         Aussitôt que Consuelo en prend connaissance, elle demande à Albert de lui montrer son « église », qui est en fait une partie aménagée de la grotte où il se cachait plus tôt. Le lieu l’émeut et l’apaise, et plus encore la musique qu’y joue Albert. Quand la visite est terminée, Albert souhaite retourner se cloîtrer dans sa caverne : il sait que Consuelo ne l’aimera jamais comme il l’aime. Elle le supplie de ne pas le faire.

         Il change d’avis et tous deux rentrent au château. On annonce à Consuelo qu’un jeune homme prétendant être son frère la demande.

         Ce soi-disant frère est bien entendu Anzoleto. Au départ, il est doux, mais comme Consuelo ne se laisse pas duper par ses paroles, il devient agressif. Elle sort tandis que Christian entre, et cette apparition calme Anzoleto. Plus tard, Christian fait part de sa gratitude à Consuelo : elle a sauvé son fils, et il lui en est redevable. Il veut qu’elle épouse Albert. Consuelo ne sait pas quoi répondre, bien qu’elle constate qu’elle n’aime plus du tout Anzoleto, et qu’elle apprécie fortement Albert. Elle se considère comme mariée à son art.

         Malheureusement, Anzoleto, un jour, embrasse Consuelo par surprise, ce qui réveille ses sens et ses sentiments. Albert surprend le baiser et comprend qu’Anzoleto est son rival direct. Consuelo ne se décide pas pour autant ; son cœur erre entre ces deux partis pendant un long moment. Elle décide, pour fuir ce dilemme étouffant, de partir à Vienne.

         Sur la route, elle fait la connaissance d’un personnage que les mélomanes d’aujourd’hui connaissent encore bien, Joseph Haydn. Ils se découvrent une admiration mutuelle et finissent la route ensemble. Ils s’approchent de plus en plus de Vienne et décident d’y entrer incognito. Ainsi, Consuelo se travestit et devient Bertoni (diminutif d’Albert). Leur voyage est long et semé d’embûches.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur VOLUME 2 >