Continents à la dérive

par

Accès complet et GRATUIT à cette fiche de lecture pour nos membres.

Russell Banks

Russell Banks est un écrivain américain né le 28 mars 1940 à Newton dans le Massachussetts. Il est l’auteur de romans et de poésies. Il est l’aîné des quatre enfants d’Earl et de Florence Banks. Sa famille est issue de la classe ouvrière et ses parents ont élevé leurs enfants à Barnstead dans le New Hampshire.

Son père n’ayant connu que des difficultés, Banks dut endurer la pauvreté de sa famille et assister avec impuissance au déclin du mariage de ses parents puis à leur divorce. Aujourd’hui, Banks est marié à Chase Twichell, sa quatrième épouse, poétesse, et il est le père de quatre filles.

À l’âge de 18 ans, il entre à l’Université de Colgate et assiste aux cours seulement huit semaines. Entouré d’enfants n’étant pas issus du même milieu social, il ne se sent pas à l’aise. Il décide alors de se joindre à la révolution de Fidel Castro à Cuba mais manquant d’argent, il ne peut se rendre au-delà de la Floride. Il reste donc dans cet état en vivant de petits boulots et en résidant dans une caravane. À cette époque, Banks commence à écrire de la fiction courte.

Au milieu des années 60, il se rend dans le Yucatán et en Jamaïque. Les expériences qu’il y vit apparaîtront plus tard dans ses romans, tout comme la vie qu’il avait menée dans les régions rurales de la Nouvelle-Angleterre. En 1967, à l’Université de Caroline du Nord, il décroche un diplôme d’anglais. Il se met à écrire des romans et de courtes histoires émouvantes. Ses premiers travaux en prose démontrent son savoir-faire où se déploie un mélange de genres et de styles entre fantastique et  réalisme. Dès le début de sa carrière, il s’intéresse aux difficultés de la vie et aux relations entre l’homme moderne et la tradition. Dans les années 80, Russell Banks se concentre davantage sur les problèmes sociaux et ses livres développent les thèmes de la discrimination raciale, de l’injustice de classes, de la pauvreté et de l’alcoolisme. Continental Drift, sorti en 1985, est le premier roman de Banks à recevoir des lettres de noblesse des critiques littéraires. Depuis cette publication, le travail de l’auteur est régulièrement évoqué parmi les meilleures fictions américaines contemporaines.

En plus de l’écriture, Banks a enseigné dans diverses universités dont le Sarah Lawrence College (état de New York) et à Princeton. Il a obtenu de nombreuses récompenses et de nombreuses bourses comme le Guggenheim Fellowship en 1976. De 1977 à 1983, il a bénéficié de deux bourses en arts et en 1986, il est récompensé par l’Académie Américaine des Arts et des Lettres. Il a obtenu également le prix O. Henry pour ses histoires courtes.

Le sixième roman de Banks, De beaux lendemains (The Sweet Hereafter), sorti en 1991, remporte un succès en critique et en 1997, il est adapté pour le grand écran. Le film d’Atom Egoyann, du même nom, est Grand Prix du jury au festival de Cannes cette année-là. Son roman Affliction publié en 1990 avait été également adapté au cinéma en 1998.

Banks est célèbre pour ses récits détaillés de querelle domestique et du combat quotidien de personnes ordinaires mais en marge de la société. La plupart du temps, ses histoires font écho avec son enfance malheureuse et traitent de thèmes moraux et des relations entre les personnes. Ses origines modestes se retrouvent toujours dans ses écrits et son style est surtout admiré pour son écriture réaliste. Son écriture met en valeur ou explore les voies proposées à l’Américain moderne. Les critiques ont souvent fait l’éloge de la façon dont Banks présente une classe ouvrière en lutte pour surmonter les difficultés qui lui sont propres. Christine Benvenuto fait remarquer que Banks écrit avec une empathie extrêmement ciblée, mais aussi un humour plein de compassion, ceci pour conserver ses lecteurs, si ce n’est ses personnages, à flot au milieu des tragédies qu’il décrit.

Russell Banks vit aujourd'hui entre l’état de New York et Miami. Il est membre du Parlement international des écrivains et de l'Académie américaine des Arts et des Lettres. Ses œuvres ont été traduites en vingt langues et ont reçu de nombreux prix internationaux. Il a récemment écrit, en 2008, un livre s’éloignant de la fiction, Dreaming up America. Les chercheurs ont comparé les fictions de Banks avec les travaux de Raymond Carver, de Richard Ford et d’Andre Dubus. En 2012, il a reçu la “Carnegie Medal for Excellence in Fiction” pour Lost Memory of Skin.

Inscrivez-vous pour trouver des essais sur Russell Banks >