Continents à la dérive

par

Un roman contemporain, une réflexion sur l’Homme et la société

Russell Banks exprimera clairement ses ambitions, ses objectifs avec la parution de ce roman : faire réfléchir l’homme sur sa condition, la société ; à la toute fin du roman, il écrit : « Va mon livre, va détruire le monde tel qu'il est ». L’auteur, particulièrement engagé, en faveur d’une certaine lutte des classes et par exemple opposé à la guerre en Irak, fait de ses romans et de ses personnages un moyen de transmettre ses idées, de provoquer chez le lecteur une réflexion. Ce roman est ainsi ouvertement politique et critique vis-à-vis de la société contemporaine, écrit au présent afin de mieux en faire une œuvre intemporelle, qui peut encore trouver des applications aujourd’hui.

Banks a une écriture captivante, drôle à certains moments, très triste et déchirante de réalisme à d’autres. Il choisit avec ces deux personnages deux types d’individus, des destins comme il en existe des millions, qui ont l’espoir de trouver le salut et la prospérité ailleurs, espoir qui les pousse à dériver en maîtrisant peu de choses.

Le romancier dresse un portrait peu flatteur de l’Amérique de son époque, bien loin de tout ce que le soft power américain nous renvoie, pour étudier plus précisément sa société et y montrer la désillusion de ses personnages après toutes les chimères et les mythes dont ils avaient été nourris : le self made man, le melting pot.

« Tu vas y arriver en Amérique, ça y a pas de doutes, gamin, et peut-être que comme moi tu y trouveras ce que tu cherchais. Je sais pas quoi. Mais il faudra que tu donnes quelque chose en échange, si ce n'est pas déjà fait. Et quand tu l'auras eu, ce que tu cherches, il se...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un roman contemporain, une réflexion sur l’Homme et la société >

Dissertation à propos de Continents à la dérive