Des femmes et de leur éducation

par

Quels seraient les moyens de perfectionner l'éducation des filles ?

DISCOURS SUR LA QUESTION PROPOSÉE PAR L'ACADÉMIE DE CHÂLONS-SUR-MARNE – Quels seraient les moyens de perfectionner l'éducation des filles ?

Laclos entame son discours par deux astuces. D'abord, il affirme que, contrairement à tous les autres, il n'est pas là pour gagner un prix, mais pour rétablir une vérité. Il sous-entend par-là que sa démarche est purement honnête, philosophique, et non intéressée ; elle serait donc plus légitime que celle des autres candidats. Par la suite, il pose une thèse péremptoire et surprenante, habile manière de capter l'attention du jury : on ne peut pas perfectionner les moyens d'éducation des filles. Quelques phrases plus loin, on comprend le sens de sa réflexion : il ne considère pas que l'éducation en vigueur mérite le nom d'éducation : « si au lieu d'étendre les facultés, on les restreint, […] ce n'est plus éducation, c'est dépravation ».

            Sa démonstration, dès lors, s'attache à suivre le plan suivant : dans un premier temps, il montre « comment, nées compagnes de l'homme, [elles sont] devenues son esclave » ; dans un second temps, il s’attache à dire « comment, tombées dans cet état abject, [elles sont] parvenues à [s'y] plaire, à le regarder comme [leur] état naturel » ; pour finir, il soutient qu’à force de vivre dans cet état, elles ont préféré « les vices avilissants mais commodes aux vertus d'un être libre et respectable ».

Inscrivez-vous pour continuer à lire Quels seraient les moyens de perfectionner l'éducation des filles ? >

Dissertation à propos de Des femmes et de leur éducation