Des femmes et de leur éducation

par

Un éloge de la femme naturelle

Cette femme rendue avilie par la société, avec l’aide d’une éducation monastique et d’une conception de sa beauté totalement stéréotypée, incapables de la préparer à une vie adulte épanouie, a cependant, selon Laclos, possédé une force naturelle, une féminité pure qui, elle, détient un potentiel conséquent. Cependant, pour bien comprendre les idées de Laclos en ce qui concerne la beauté naturelle d’une femme, il faut nous reporter au contexte de l’époque. En effet, du fait des mœurs et des croyances établies, on tendait à penser que tout ce qui venait de l’eau et des ablutions était à proscrire, que se baigner trop souvent pouvait apporter des maladies et était néfaste au bon fonctionnement et à l’apparence du corps. Ainsi, plutôt que de se laver régulièrement, on privilégiait les poudres à étendre sur la chevelure afin qu’elle paraisse propre, les parfums forts et entêtants pour dissimuler l’odeur peu agréable que dégageait le corps. Laclos remet en question cette tradition, d’abord non pas par souci d’hygiène, mais en affirmant que trop de fards et d’ajouts ne font qu’altérer la beauté naturelle de la femme. Il défend l’idée que la parure doit s’accorder avec la femme, et que pour bien se vêtir, elle doit d’abord connaître son propre corps. En effet, elle doit se préoccuper de savoir quels sont ses atouts, ses formes, afin de les mettre en valeur. Dans les Liaisons Dangereuses, le vicomte de Valmont affirme que madame de Tourvel, qu’il convoite avec ardeur, est sublime lorsqu’elle ne porte pas de parure propre à dissimuler son être. « Pour être adorable il lui suffit d’être elle-même ». En effet, la...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un éloge de la femme naturelle >

Dissertation à propos de Des femmes et de leur éducation