Désert

par

La colonisation dans « Désert »

La colonisation est dénoncée dans l’œuvre de Le Clézio. L’opinion de l’auteur est clairement qu’aucun peuple ne devrait en asservir un autre pour quelque raison que ce soit. Les colons dans la première histoire sont décrits comme des brutes capables de perpétrer tous les massacres possibles pour dominer. Ils ne comprennent ni ne respectent le milieu dans lequel ils sont appelés à évoluer à l’opposé des nomades dont Le Clézio dit : « Il n’y avait rien d’autre sur la terre. Ils étaient nés du désert, aucun autre chemin ne pouvait les conduire. Ils ne disaient rien. Ils ne voulaient rien. » A travers cette dénonciation, c’est tout le mode de vie d’un occident décadent qui est remis en question.

La fin de l’œuvre reste comme une interrogation. En effet, les nomades cèdent devant la force brute et se retirent dans le désert, mais ce faisant, ne vident-ils pas un peu de sa substance ce monde que le colon veut dominer ? Si la réflexion peut à priori sembler originale, elle s’inscrit dans la droite ligne des idées d’un auteur qui a fait de la défense des minorités son sacerdoce.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La colonisation dans « Désert » >